Coronavirus: Le PMU à l’arrêt, la quasi-totalité des 1.250 salariés au chômage partiel

PARI HIPPIQUE Les courses hippiques, suspendues actuellement, comptent pour 85 % des enjeux du groupe

20 Minutes avec AFP

— 

Un joueur de PMU (illustration).
Un joueur de PMU (illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

La reprise amorcée l’an dernier par le PMU risque d’être bien vite oubliée. Crise du coronavirus oblige, l’entreprise a annoncé mardi avoir mis 95 % de ses 1.250 salariés au chômage partiel. Les mesures sanitaires ont en effet provoqué l’arrêt quasi total de son activité.

Source de financement de la filière hippique

« Compte tenu de la suspension des courses hippiques sur le territoire national depuis le 17 mars et de l’arrêt de la commercialisation des paris hippiques dans l’ensemble de ses points de vente, le PMU a décidé de recourir à un dispositif collectif de mise en activité partielle de ses collaborateurs », précise l’entreprise. Le Pari mutuel urbain « a pour mission de financer la filière hippique et ses dizaines de milliers d’emplois directs et indirects ». « Nous mettrons tout en œuvre pour retrouver notre dynamisme dès que cela sera possible », affirme Cyril Linette, son directeur général.

Bien que le PMU se soit diversifié dans les paris sportifs et le poker depuis 2010, le pari hippique représente toujours près de 85 % des enjeux, qui s’élevaient à 7,6 milliards d’euros l’an dernier. La direction veut s’efforcer à continuer de proposer à ses clients une offre en ligne faite de paris hippiques sur des courses internationales, de paris sportifs et de poker.

Après des années de chute des paris hippiques, le PMU avait commencé à inverser la tendance en 2019, se rapprochant de l’équilibre sur son cœur de métier grâce à un plan de relance engagé un an plus tôt.