Coronavirus en Bretagne : La région vote un plan d’aides exceptionnelles de plus de 100 millions d’euros

PLAN D'URGENCE Les mesures visent à réduire l’impact causé par la pandémie de coronavirus sur des secteurs clés de l’économie bretonne

Jérôme Gicquel

— 

De nombreux secteurs sont à l'arrêt, notamment le BTP.
De nombreux secteurs sont à l'arrêt, notamment le BTP. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • La région Bretagne vient d’adopter un plan d’aides exceptionnelles de 103,8 millions d’euros pour soutenir les acteurs économiques et associatifs touchés de plein fouet par l’épidémie de coronavirus.
  • Président de l’Union des entreprises en Ille-et-Vilaine, Hervé Kermarrec salue l’effort consenti par les pouvoirs publics pour « préserver l’outil économique breton ».
  • La ville de Rennes a également annoncé des mesures d’urgence à destination des acteurs économiques et associatifs.

« C’est un plan ambitieux et courageux qui témoigne du soutien massif apporté par les pouvoirs publics aux entreprises, avec la volonté de préserver l’outil économique breton ». En ces temps de crise, Hervé Kermarrec n’a pas beaucoup d’occasions de se réjouir. Président de l’Union des entreprises en Ille-et-Vilaine (UE 35) et président du groupe immobilier éponyme, il ne peut toutefois que saluer le plan d’aides exceptionnelles de 103,8 millions d’euros adopté lundi par la région Bretagne.

Les mesures concernent l’ensemble des acteurs économiques locaux impactés par le coronavirus, à commencer par les TPE, les micro-entreprises, les artisans et les commerçants qui seront soutenus « à hauteur de 10,5 millions d’euros au travers du fonds national de solidarité d’un milliard d’euros mis en place par le gouvernement », précise la région. Un « prêt rebond » à taux zéro, compris entre 10.000 et 200.000 euros, va également être créé en direction des PME bretonnes de plus d’un an qui font face à des difficultés conjoncturelles.

Préserver l’outil de travail en attendant la reprise d’activité

La région annonce par ailleurs « le versement anticipé des avances remboursables déjà votées », « la suspension des remboursements d’avances remboursables accordées aux entreprises et associations du 15 mars à la fin septembre » ainsi qu’un soutien aux acteurs de la pêche via une aide de 150.000 euros versée à l’association des acheteurs des produits de la pêche. Des mesures d’urgence qui vont dans le bon sens selon Hervé Kermarrec. « C’est important que les chefs d’entreprise puissent préserver leur outil de travail en attendant le moment où l’activité va redémarrer, estime-t-il. Et c’est aussi vital que les secteurs qui continuent de fonctionner puissent le faire dans les meilleures conditions, comme l’agroalimentaire par exemple ».

Les aides votées par la région Bretagne ne concernent pas seulement les entreprises mais également le secteur associatif. Un fonds exceptionnel pour la vie associative va ainsi d’être créé pour soutenir les structures à hauteur de 5 millions d’euros. La région assure également qu’elle maintiendra son soutien financier « envers les associations impactées financièrement par des annulations de manifestations ou de projets », avec une enveloppe estimée à 25 millions d’euros.

Rennes suspend les loyers, les charges et les taxes

La métropole et la ville de Rennes ont également adopté lundi toute une série de mesures « pour répondre aux urgences de trésorerie ». Tous les loyers, charges locatives ainsi que les taxes (taxe de séjour, droits de terrasses et redevance d’occupation du domaine public) sont ainsi suspendus.

Les subventions prévues et budgétées seront également « intégralement versées aux acteurs associatifs, notamment culturels, même si les événements sont annulés », indiquent les collectivités dans un communiqué.