Coronavirus : L’activité sur les chaînes d’assemblage d’Airbus doit reprendre progressivement lundi

EPIDEMIE La direction de l’avionneur assure que des conditions d’hygiène et sécurité strictes sont mises en place, des syndicats demandent le maintien du confinement total

Béatrice Colin

— 

Au sein de la chaîne d'assemblage de l'A330, dans l'agglomération toulousaine.
Au sein de la chaîne d'assemblage de l'A330, dans l'agglomération toulousaine. — Frédéric Scheiber /SIPA
  • Mardi, Airbus a décidé d’arrêter pour quatre jours ses chaînes de production et d’assemblage en France et en Espagne.
  • La direction de l’avionneur annonce une reprise progressive de ces sites ce lundi dans des conditions d’hygiène et de sécurité strictes.
  • Le confinement total est une demande toujours d’actualité portée par certains syndicats.

Mardi, Airbus a annoncé mettre durant quatre jours ses sites de production et d’assemblage français et espagnols en stand-by. Une décision prise « à la suite de la mise en place de nouvelles mesure pour contenir la pandémie de Covid-19 », indiquait alors la direction de l’avionneur. Une mesure qui faisait écho à la demande de confinement du syndicat majoritaire Force ouvrière.

Jeudi, le préfet de la Haute-Garonne, Etienne Guyot, a annoncé lors d’une conférence sur les conséquences économiques de l’épidémie, que les activités du groupe allaient redémarrer. Une annonce confirmée à 20 Minutes par une porte-parole d’Airbus.

Reprise progressive, mesures strictes

« L’activité doit redémarrer progressivement lundi 23 mars sur l’ensemble des chaînes. Cela est prévu dans des conditions d’hygiène et de sécurité strictes après un nettoyage des sites et postes d’assemblage. Il y aura des mesures d’auto-distanciation pour ne pas que des gens se retrouvent côte à côte », assure-t-on du côté de la direction qui n’a pas eu recours au chômage partiel pour cette période de quatre jours.

Une grande partie de ses salariés, non affectées à la production, se trouvent depuis plusieurs jours en télétravail.

La reprise des activités de production ce lundi est loin d’être plébiscitée par tous les syndicats de l’avionneur. « Notre priorité est de respecter les mesures barrière et on ne voit pas comment on pourrait le faire dans des espaces confinés, comme les cellules d’avions. On ne voit pas l’urgence à reprendre la production alors que les compagnies aériennes réduisent toutes leurs vols. Et si on est amené à utiliser des masques, ne faut-il pas plutôt les mettre à disposition des personnels de santé », avance Patrice Thebault, délégué syndical central CGT Airbus.

Une demande de confinement total qui est toujours d’actualité chez Force ouvrière. Mais plus pondérée dans un tract diffusé ce vendredi. « Dans Airbus, un stop and fix serait la solution sanitaire la plus adaptée, mais pose un problème de protection de nos intérêts vitaux industriels et financiers. Une reprise anticipée ferait porter un énorme risque à Airbus avec la probable émergence de poches d’infection. Une reprise lente dans des conditions de sécurité absolue de nos activités vitales semble être une solution responsable », indique le syndicat majoritaire. Ce dernier insiste : « la responsabilité est engagée et aucune infraction aux règles sanitaires ne doit être tolérée dans nos bureaux ou ateliers ».