Sécu : Le déficit « moindre que prévu » à 1,9 milliard d’euros en 2019

STATISTIQUES Le gouvernement, qui avait initialement annoncé un retour à l’équilibre financier historique, avait revu sa copie à l’automne à cause de la crise des « gilets jaunes »

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Economie depuis mai 2017, Bruno Le Maire.
Le ministre de l'Economie depuis mai 2017, Bruno Le Maire. — Alfonso Jimenez/REX/SIPA

Le déficit de la Sécurité sociale s’est creusé l’an dernier, à 1,9 milliard d’euros contre 1,2 milliard en 2018, mais « cette dégradation est nettement moins forte que prévu », a indiqué lundi le gouvernement.

Le dernier budget de la Sécu, voté en décembre, tablait en effet sur une perte de 5,4 milliards d’euros pour 2019, rappelle la Direction de la sécurité sociale dans un communiqué publié sur son site Internet.

L’objectif « respecté pour la dixième année consécutive »

Le gouvernement, qui avait initialement annoncé un retour à l’équilibre financier historique, avait revu sa copie à l'automne à cause de la crise des «gilets jaunes», mais aussi de prévisions économiques et démographiques trop optimistes.

En fin de compte, la conjoncture n’a pas été si mauvaise pour la Sécu, qui a encaissé 2,3 milliards d’euros de plus qu’attendu, grâce notamment à la « bonne tenue » de l’emploi dans le secteur privé, ainsi qu’aux prélèvements sur les revenus du capital, des travailleurs indépendants et des agriculteurs. Du côté des dépenses, « la dynamique a été maîtrisée », en particulier pour la branche maladie, dont l’objectif « a été respecté pour la dixième année consécutive ».

Les mesures d’urgences en réponse aux « gilets jaunes »

Ce qui n’empêche pas son déficit de doubler à 1,5 milliard d'euros, conséquence d’une des « mesures d’urgence » adoptées en réponse aux «gilets jaunes»​ : la baisse de CSG pour certains retraités. La branche retraite plonge, elle, dans le rouge, son solde passant de 0,2 à -1,4 milliard d'euros, malgré le coup de rabot sur les pensions, qui n’ont été revalorisées que de 0,3 % l’an dernier, bien en deçà de l’inflation.

S’y ajoute la perte habituelle du Fonds de solidarité vieillesse (-1,1 milliard), qui enregistre toutefois « son plus faible déficit depuis 11 ans ». A l’inverse, les branches accidents du travail (+1 milliard) et famille (+1,5 milliard) restent non seulement dans le vert, mais affichent « un excédent croissant ».