Coronavirus dans le Nord : Les 4.000 salariés de Toyota au chômage technique

ÉPIDÉMIE La direction du site Toyota a annoncé l’arrêt de la production de Yaris à partir de mercredi et jusqu’à nouvel ordre

Mikaël Libert
— 
L'usine Toyota, à Onnaing, près de Valenceinnes.
L'usine Toyota, à Onnaing, près de Valenceinnes. — M.Libert / 20 Minutes

Le constructeur automobile japonais Toyota a annoncé, lundi, la suspension de l’activité de son site de Valenciennes, dans le Nord, en raison de l’épidémie de coronavirus. Les milliers de salariés de l’usine sont au chômage technique jusqu’à nouvel ordre.

La direction du site nordiste avait convoqué un Comité social et économique (CSE), ce lundi après-midi, pour annoncer au personnel l’arrêt temporaire des chaînes de fabrication de la Yaris, la petite citadine de la marque.

Aucun cas avéré mais de la prudence

Dans un communiqué, Totoya affirme pourtant « qu’aucun cas de coronavirus n’a été confirmé pour les salariés de Toyota Onnaing ». La suspension de la production a été décidée par « prudence », malgré « un suivi très strict des recommandations du gouvernement », est-il expliqué.

Plus aucune Yaris ne sortira donc de l’usine nordiste à partir de mercredi matin et ceci pendant une durée indéterminée. La grande majorité des plus de 4.000 salariés du site seront donc en chômage technique. Néanmoins, certains personnels seront mobilisés pour « assurer les activités indispensables », notamment « la finalisation du projet de la future Yaris. »

A noter Renault a aussi décidé de stopper l’activité sur ses sites en France, dont ceux de Douai, Maubeuge et Ruitz. Cela concerne plus de 5.000 salariés seulement pour notre région. Idem pour le site de production du constructeur ferroviaire Bombardier, à Crespin.