Coronavirus : « C’est une vraie réaction en chaîne »… Le secteur de l’événementiel lourdement touché par l’épidémie

CRISE Le chiffre d’affaires des professionnels du secteur est en chute libre à cause des annulations

Nicolas Raffin

— 

Le musée du Louvre avait fermé quelques jours début mars.
Le musée du Louvre avait fermé quelques jours début mars. — CHINE NOUVELLE/SIPA
  • L’épidémie de coronavirus provoque l’annulation de nombreux événements, foires, salons.
  • Les professionnels de l’événementiel font face à une situation économique très tendue.
  • Certains réclament des mesures radicales, comme l’annulation du versement des charges sociales.

La Foire au jambon de Bayonne, le salon de réalité virtuelle Laval Virtual, le festival de musique Tomorrowland à l’Alpe d’Huez… A cause de la crise du coronavirus, une épidémie d’annulations ou de reports touche de nombreux rendez-vous partout en France. La décision du gouvernement d’interdire les rassemblements de plus de 1.000 personnes et la crainte d’être contaminé par le Covid-19 pénalisent fortement les organisateurs d’événements et tous ceux qui en vivent.

Selon l’association « Lévénement », qui regroupe 65 agences de communication événementielle, « la crise sanitaire en cours pèse lourdement sur le secteur. Les annulations en cascade mettent en danger toute la chaîne de production événementielle, et avec elle les 335.000 emplois de notre filière. » L’association a d’ailleurs lancé une campagne via les réseaux sociaux pour alerter sur ces emplois « contaminés » et a adressé un courrier à Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie.

« Les événements s’annulent les uns après les autres »

La société Festi Concept illustre bien l’ampleur du phénomène en cours. Implantée à Laval, elle propose notamment la location de chapiteaux, de vaisselle, et intervient aussi dans les salons professionnels. A la tête de cette PME de 18 personnes, Mickaël Morin. L’homme est combatif, mais il reconnaît que le coronavirus lui complique sérieusement la tâche : « J’ai dû mettre en place du chômage partiel dès ce mardi, explique-t-il à 20 Minutes. Il y a une semaine, on avait fait un stage de cohésion avec mon équipe, où l’on avait parlé investissement et développement. Tout ça est remis en question en quelques jours. Les événements s’annulent les uns après les autres. Par exemple, j’avais une prestation prévue à Vannes avec 7.000 couverts en juin qui vient d’être annulée ».

Du côté des Traiteurs de France, qui regroupent 37 entreprises et 1.500 salariés, l’ambiance n’est pas non plus à la fête. « Par rapport au mois de mars 2019, les entreprises de notre réseau font face un recul de leur chiffre d’affaires qui va de 30 % à 70 %, affirme Alban Caillot, responsable du réseau et des événements nationaux. Cela fait une dizaine de jours qu’on a commencé à voir arriver la vague d’annulations, et pour l’instant, ça ne s’arrête pas ».

Rien que pour la semaine dernière, les Traiteurs de France estiment que la perte de chiffre d’affaires s’élève déjà à 3,5 millions d’euros. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg : « derrière nous, il y a aussi des prestataires touchés par les annulations, rappelle Alban Caillot : ceux qui font la décoration, les fleuristes, les fournisseurs de matériel. C’est une vraie réaction en chaîne. »

Des mesures suffisantes ?

Interrogé à ce sujet lundi sur France Inter, Bruno Le Maire a appelé à « la solidarité de toutes les grandes entreprises (…) vis-à-vis de leurs entreprises sous-traitantes ». Le ministre de l’Economie leur a demandé de ne pas « créer de trous de trésorerie ». Comment ? En versant maintenant les montants prévus pour des prestations reportées de plusieurs mois. « Tout ne pourra pas être reporté, nuance Alban Caillot. Il pourra y avoir des difficultés à réserver le même lieu à une date ultérieure, et on ne pourra pas assurer 30 prestations par jour si on a seulement une capacité pour en faire 10 ».

Bercy a aussi dégainé plusieurs autres mesures pour tenter de juguler l’effet économique du coronavirus. « Toutes les entreprises confrontées à des difficultés pourront demander le report [du versement] des charges sociales » par simple envoi d’un « mail », a détaillé Bruno Le Maire lors d’un point presse lundi. En parallèle, des dégrèvements d’impôts directs pourront être décidés « au cas par cas » pour les entreprises « menacées de disparition », a-t-il ajouté. Enfin, le dispositif de chômage partiel, destiné à maintenir l’emploi dans les entreprises confrontées à des baisses d’activité, sera lui renforcé : l’Etat va ainsi porter de 7,74 euros à 8,04 euros, soit le niveau du Smic, l’indemnité horaire compensatrice versée aux employeurs ayant recours à ce dispositif.

Ces mesures sont accueillies avec un certain scepticisme dans l’événementiel. « Ce ne sont pas des annonces rassurantes, c’est surtout une intervention médiatique, tacle Martial Simon, dirigeant de l’agence Robin Wood and Co. Comme d’habitude, soit il y aura tellement de critères demandés que personne n’en profitera, soit la mise en place des dispositifs sera trop complexe ». « Décaler les charges sociales, ce n’est pas un cadeau, renchérit Mickaël Morin. A un moment, il faudra les payer ».

Certains, comme les Traiteurs de France, réclament donc la suppression pure et simple des cotisations dues par les entreprises sur la période touchée par le coronavirus. S’ils mettent en avant le risque qui pèse sur l’avenir des entreprises, il n’est pas certain que le gouvernement soit prêt à renoncer à autant de recettes, alors que l’État va sûrement creuser un peu plus son déficit en raison du ralentissement de la croissance et des éventuelles mesures de soutien à venir.