La vie professionnelle des parents (et surtout des femmes) bouleversée par les enfants, selon l’Insee

ETUDE Les femmes sont notamment plus nombreuses à se mettre à temps partiel

Nicolas Raffin

— 

Une mère et ses deux enfants (Illustration).
Une mère et ses deux enfants (Illustration). — GILE MICHEL/SIPA
  • L’Insee publie ce vendredi une étude sur les relations entre vie professionnelle et vie familiale.
  • Les femmes qui ont une charge familiale ont tendance à moins être en emploi que les hommes dans la même situation.
  • Pour équilibrer les choses, certains demandent par exemple un allongement du congé paternité.

« Pas besoin de faire de trop long discours/ça change tout dedans, ça change tout autour ». Avec sa chanson Sarbacane, Francis Cabrel nous rappelle à quel point devenir parent est un énorme bouleversement pour la vie quotidienne. C’est ce que confirme – dans un ton moins lyrique – une étude de l’Insee publiée ce vendredi. Près de 20.000 personnes (salariées ou dont le dernier emploi était un emploi salarié) âgées de 25 à 49 ans, et ayant des « responsabilités familiales »*, ont été interrogées en 2018 sur leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Le principal constat : l’impact n’est pas du tout le même pour les femmes ou pour les hommes. Ainsi, lorsque les hommes ont des responsabilités familiales, ils sont en emploi dans 91 % des cas, contre 82 % s’ils n’ont pas une charge familiale. Chez les femmes, c’est l’inverse : seulement 76 % des femmes qui doivent s’occuper d’enfants sont en emploi, alors que celles qui n’ont pas cette contrainte travaillent à 84 %. Ce constat est valable quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, la situation du conjoint, et même l’âge ou le nombre d’enfants. Comment expliquer une telle différence ?

Des ajustements plus difficiles pour les femmes moins qualifiées

Interrogé par 20 Minutes, l’Insee apporte une réponse prudente. Concernant les hommes, l’institut avance trois hypothèses : « D’abord, la parentalité pourrait avoir un effet positif sur l’emploi : être père rendrait les hommes plus productifs sur le marché de l’emploi ou serait valorisé sur le marché du travail. Ensuite, les hommes attendraient d’être établis professionnellement pour avoir un enfant. Enfin, le rôle d’un troisième facteur, des problèmes de santé par exemple, qui jouerait à la fois sur le fait d’être en emploi et sur le fait d’avoir un enfant. »

Pour les femmes, là aussi, « l’étude ne permet pas de conclure », indique l’Insee. A nouveau, plusieurs hypothèses sont avancées : « le fait que les femmes sont en retrait de l’emploi quand elles ont des responsabilités familiales peut traduire des difficultés de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, qu’elles soient du côté de l’emploi (conditions de travail peu flexibles, salaires bas) ou des modes de garde (mais l’étude ne se limite pas aux parents d’enfants en bas âge)) ou résulter de décisions des parents. »

Illustration : chez les femmes, l’effet des responsabilités familiales est particulièrement marqué chez les ouvrières. « Seules 54 % des ouvrières qui ont des responsabilités familiales sont en emploi, contre 74 % de celles qui n’en ont pas » relève l’Insee. Pour les femmes cadres, la différence est beaucoup moins marquée (90 % en emploi avec responsabilités, 94 % sans). Cet écart entre catégories socioprofessionnelles provient du fait que les ouvrières ou les employées ont en général moins de possibilités d’adapter leurs horaires que les cadres. Beaucoup n’ont donc pas d’autre choix que d’arrêter de travailler au moment de l’arrivée d’un enfant.

Une charge qui pèse sur les femmes

Les différences entre hommes et femmes ne s’arrêtent pas là. Lorsqu’on regarde uniquement les personnes qui doivent concilier un emploi et des responsabilités familiales, on constate que ce sont les femmes qui font le plus d’ajustements. En effet, seulement 3 % des hommes cadres déclarent que la conséquence principale de la « charge » familiale est une réduction de leur temps de travail. Chez les femmes cadres, cette proportion est presque 7 fois plus élevée : 20 % d’entre elles déclarent devoir travailler moins pour s’occuper des enfants, souvent en se mettant à temps partiel.

Encore plus révélateur : l’Insee a également demandé aux salariés si le fait d’avoir un conjoint à leur côté permettait de mieux gérer les responsabilités familiales. Chez les hommes seuls, l’effet est clair : ils sont beaucoup plus nombreux que ceux en couple à déclarer des conséquences sur leur vie professionnelle. En revanche, « il n’y a pas d’effet significatif pour les femmes » relève l’Insee. Ce qui signifie que même en couple, c’est la femme qui subit le plus les responsabilités familiales.

Ces différences sont d’autant plus préjudiciables que les femmes, comme les hommes, éprouvent exactement les mêmes difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale. « Les difficultés les plus citées concernent le temps (41 % au global), qu’il s’agisse de la durée des journées de travail, des horaires imprévisibles, fluctuants ou décalés, ou encore des trajets domicile-travail » relèvent les auteurs de l’étude. Autrement dit, et pour paraphraser Florence Foresti, il n’y a pas de « gène du parc » chez les femmes qui les prédestinerait à mieux faire face aux contraintes engendrées par les enfants. Pour corriger ce déséquilibre, nombreux sont ceux qui réclament par exemple un allongement du congé paternité, pour l’instant fixé à 11 jours calendaires. « Si vous augmentez le congé paternité, vous rendez les femmes moins seules face aux discriminations liées à la grossesse, puisque les hommes sont aussi amenés à s’absenter de l’entreprise » explique ainsi à France Inter Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi.

*L’Insee définit les « responsabilités familiales » comme « le fait de vivre avec un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans (le sien ou celui de son conjoint) ou de s’occuper régulièrement d’un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans qui ne vivent pas avec soi ».