Maison de retraite : Quels tarifs et quelles aides ?

ARGENT Plus de 728.000 seniors résidaient en maison de retraite en France fin 2016. Mais avec une pension moyenne d’environ 1.500 euros et une facture d’hébergement d’au moins 1.850 euros, le compte n’y est pas

Julie Polizzi pour 20 Minutes
— 
Les retraités doivent compter sur les aides publiques et leurs ressources personnelles pour financer leur hébergement en maison de retraite.
Les retraités doivent compter sur les aides publiques et leurs ressources personnelles pour financer leur hébergement en maison de retraite. — IStock / City Presse

Malgré les progrès en matière d’accueil et d’animations, personne ou presque n’a envie de finir ses jours en maison de retraite. Si le maintien à domicile est prolongé autant que possible, il arrive malheureusement souvent qu’une prise en charge dans une structure adaptée soit incontournable.

D’après les chiffres disponibles, quelque 728.000 personnes résidaient en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) fin 2016. Premier critère de choix, le tarif est alors déterminant.

Un reste à charge prohibitif

Si le coût des soins dispensés dans ces structures médicalisées est couvert par l'Assurance maladie et n’est donc pas facturé aux résidents, ces derniers doivent en revanche s’acquitter du tarif dépendance et du prix d’hébergement. Or, dans une enquête publiée fin 2018, la Drees, l’institut statistique du ministère de la Santé, évaluait cette participation à au moins 1.850 euros mensuels pour la moitié d’entre eux. L’addition médiane oscille entre 1.730 euros dans les Ehpad publics non hospitaliers et peut atteindre jusqu’à 2.420 euros dans les structures privées à but lucratif.

Attention, on parle ici de « reste à charge », autrement dit de la facture effectivement payée par les pensionnaires, une fois les contributions des obligés alimentaires et les différentes allocations perçues déduites… Pour faire face au coût d’une maison de retraite, les seniors peuvent en effet compter sur plusieurs dispositifs cumulables.

Trois aides financières publiques

L’allocation personnalisée d’autonomie, l’APA, permet tout d’abord de prendre en charge une partie du tarif dépendance facturé par l’Ehpad. Seules les personnes de 60 ans ou plus, dont le degré de perte d’autonomie correspond à l’un des groupes 1 à 4 de la grille Aggir, peuvent bénéficier de cette aide. Il s’agit d’individus qui, au mieux, ont besoin d’une aide quotidienne pour manger, se laver, se déplacer et s’habiller, et, dans les cas les plus graves (classés Gir 1 et 2), sont confinés au lit ou en fauteuil roulant, avec des fonctions mentales altérées. Renseignez-vous auprès de l’Ehpad choisi pour vous procurer le dossier de demande adéquat.

Chaque maison de retraite facture en outre le coût d’hébergement, qui comprend les frais d’hôtellerie, de restauration, d’entretien et de loisirs. Sous condition de ressources, ce prix peut être minoré par l’aide sociale à l’hébergement (ASH) dans le cadre d’un Ehpad ou d’un logement-foyer agréé. Les modalités d’attribution dépendent en revanche de chaque conseil départemental. Le dossier de demande est à retirer auprès de la mairie ou du Centre communal d’action sociale. En complément, la Caisse d’allocations familiales (CAF) peut, elle aussi, vous aider. De façon classique, le montant octroyé dépend des ressources du bénéficiaire et du montant du tarif d’hébergement de l’Ehpad. Vous pouvez estimer vos droits et faire votre demande sur le site Caf.fr.

L’entraide familiale à la rescousse

Parce que ces aides publiques sont loin de toujours suffire, les personnes âgées font aussi appel à leurs proches pour régler la facture de leur maison de retraite. La loi pose d’ailleurs une obligation alimentaire réciproque entre ascendants et descendants. De la même façon que vos parents se sont occupés de vous lorsque vous étiez enfant, c’est à présent à votre tour de leur rendre la pareille. Ceci dit, seuls 11 % des seniors disaient recourir à l’aide financière de leur entourage dans l’enquête 2018 de la Drees.

Le plus souvent, les résidents des Ehpad comptent plutôt sur leurs ressources personnelles, et notamment leurs économies, pour financer leurs vieux jours. Un pensionnaire sur trois déclare devoir puiser dans son épargne, tandis qu’un sur dix envisage de vendre du patrimoine pour couvrir ces frais.

Se renseigner

Afin de faciliter la recherche d’une maison de retraite, le portail internet officiel Pour-les-personnes-agees.gouv.fr propose un service de comparateur permettant de mettre en concurrence les prix des Ehpad. Grâce à cet outil, vous pouvez comparer les tarifs dépendance et les prix des chambres, mais aussi calculer votre reste à charge mensuel.