Airbus va supprimer 260 postes à Toulouse et 99 en région parisienne dans sa branche Defence & Space

ECONOMIE La branche Defence & Space d’Airbus a précisé quels sont les sites français concernés par les 404 suppressions de postes annoncés mi-février

20 Minutes avec AFP

— 

Un bâtiment d'Airbus. Illustration.
Un bâtiment d'Airbus. Illustration. — Maarten Boersem - Sipa

Mi-février, en raison de « l’atonie du marché », la division Defence & Space d’Airbus annonçait son intention de supprimer d’ici à l’année prochaine 2.362 postes, dont 404 en France. Jeudi, lors d’un comité social et économique central, la direction du groupe spécialisée dans les avions militaires, les lanceurs et satellites, a indiqué que ces suppressions concerneraient 260 postes à Toulouse et 99 en région parisienne, Elancourt et Bezons.

« Ces 404 postes concernent Airbus Defence and Space mais aussi ses filiales », a indiqué à l’AFP Thierry Préfol, délégué de la CFE-CGC, premier syndicat d’Airbus DS.

Par ailleurs, 36 autres postes seront supprimés dans des filiales d’Airbus à Toulouse et Elancourt, selon Airbus, qui a confirmé ces chiffres. Le groupe ne prévoit pas de licenciement ni de gel des embauches. « Il y a eu un engagement très clair de la direction : pas de licenciements secs, pas de départs forcés », a précisé Thierry Préfol.

Départs volontaires

Les départs volontaires devraient avoir lieu entre juillet 2020 et fin 2021. Ils feront l’objet d’une rupture conventionnelle collective (RCC) qui doit encore être négociée avec les syndicats. Mais ceux-ci s’inquiètent d’un possible manque d’effectifs alors que le marché spatial, après un trou d’air en 2017-2018, semble repartir. « On voudrait éviter de revivre le traumatisme vécu par ceux qui sont restés lors du plan social de 2014-2015, quand la charge de travail a augmenté et qu’on s’est retrouvé en sous-effectifs », plaide Thierry Préfol.

En France, Airbus Defence and Space emploie près de 8.000 personnes. Son activité dans l’Hexagone est essentiellement concentrée sur le spatial. Son bénéfice opérationnel d’Airbus DS dans le monde a chuté de 40 % l’an passé, à 565 millions d’euros.