Pas-de-Calais : Le coronavirus bloque la ligne ferroviaire de fret entre la Chine et la France

ECONOMIE Le train de fret hebdomadaire entre Wuhan, en Chine, et Dourges, dans le Pas-de-Calais, est arrêté depuis fin janvier en raison du coronavirus

M.M avec AFP

— 

Magasin de sport Décathlon. Villeneuve d'Ascq.
Magasin de sport Décathlon. Villeneuve d'Ascq. — IAFRATE PATRICK/SIPA

Le seul train de fret entre la France et la Chine est à l’arrêt. Depuis mi-février, les convois ferroviaires hebdomadaires en provenance de Wuhan, en Chine, et à destination de Dourges, dans le Pas-de-Calais, n’arrivent plus en gare. La cause : le coronavirus.

Pour ne rien arranger, la ville de Wuhan, berceau de la maladie, a été mise en quarantaine le 23 janvier. Or, l’approvisionnement des groupes français comme Danone ou Décathlon, passe essentiellement par la ligne Wuhan-Dourges.

Par ailleurs, le train ne circule plus depuis décembre. « Deux raisons à cela : la période de grève en France ainsi que le ralentissement normal de l’activité en Chine en lien avec le Nouvel An Chinois », précise Décathlon.

Des entreprises françaises menacées de rupture de stock ?

« Décathlon ayant ses entrepôts juste à côté, il risque de manquer d’approvisionnement et d’avoir des rayons vides », a précisé Xavier Wanderpepen, responsable du fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe chez Forwardis, filiale de SNCF Logistics. Il s’est exprimé lors d’une table ronde consacrée à l’exportation de produits agroalimentaires français vers la Chine, dans le cadre du salon de l'agriculture à Paris.

La circulation du train de fret ne reprendra pas avant avril, néanmoins, Décathlon a indiqué n’avoir « rien à signaler » concernant d’éventuelles ruptures de stock. « Depuis le 19 février, l’enseigne continue d’acheminer ses produits en provenance de la Chine par des trains publics de marchandises avec comme gare de départ Chengdu. Les produits arrivent en Allemagne et sont ensuite distribués par la route dans les autres pays de l’Europe », explique l’entreprise.

Si l’épidémie venait à se répandre jusqu’à la gare de Chengdu, Décathlon affirme d’ores et déjà « réfléchir à un plan B » sans donner plus de détail.