Coronavirus : Wall Street et les Bourses mondiales dévissent face à l’avancée de l’épidémie

ECONOMIE Les principales places boursières ont perdu entre 3 et 5%, inquiètes des répercussions économiques du virus, qui a de nouveaux foyers en Italie et en Corée du Sud

20 Minutes avec AFP

— 

Des traders en Corée du Sud le 24 février 2020, alors que les Bourses ont dévissé face à l'avancée du coronavirus.
Des traders en Corée du Sud le 24 février 2020, alors que les Bourses ont dévissé face à l'avancée du coronavirus. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Coup de froid sur les marchés. Les Bourses mondiales ont plongé dans le rouge lundi face à l’accélération de la propagation de l’épidémie de coronavirus hors de la Chine, qui fait craindre des répercussions macroéconomiques majeures.

Wall Street a dégringolé, le Dow Jones connaissant sa pire séance en plus de deux ans avec une chute de 3,56 %, le Nasdaq tombant de 3,71 % et le S & P 500 baissant de 3,35 %. Les places européennes ont clôturé sur des pertes comprises entre 3 % et plus de 5 %. La Bourse de Paris a notamment chuté de 3,94 %, Londres de 3,34 %, Francfort de 4,01 %, Milan de 5,43 %, Zurich de 3,58 % et Madrid de 4,07 %. L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro s’est enfoncé de 4,01 %.

Ce mardi en Asie, la Bourse de Tokyo a ouvert la séance avec une chute supérieure à 4 % pour le Nikkei, qui a oscillé autour de ce niveau dans les premières transactions. L’indice élargi Topix abandonnait de son côté 3,81 %. Les places financières chinoises ont également ouvert en repli mais moins marqué : l’indice composite de Shanghai perdait 1,62 % tandis que celui de Shenzhen cédait 2,09 % et que le Hang Seng de Hong Kong perdait 0,37 %.

Le spectre d’une pandémie

« Le marché s’inquiète du fait que la multiplication des cas hors de Chine ne se traduise par une pandémie mondiale susceptible d’avoir des répercussions macroéconomiques significatives », a commenté auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance. « Tant que nous avions l’impression que l’épidémie était cantonnée à la Chine, les raisons de s’inquiéter étaient moindres. Maintenant que les cas se multiplient en dehors de Chine, en Corée du Sud, en Iran et désormais en Italie, les marchés réévaluent les impacts macroéconomiques possibles », a-t-il complété.

Deux mois après l’apparition du nouveau coronavirus dans le centre de la Chine, l’épidémie s’est accélérée lundi à travers le globe, avec des bilans en forte hausse de la Corée du Sud à l’Iran, les deux pays qui comptent chacun le plus grand nombre de cas de contamination et de décès en dehors de Chine.

L’Italie, qui compte désormais sept morts, est devenue le premier pays d’Europe à mettre en place un cordon sanitaire autour d’une dizaine de villes du Nord. Et cinq pays ont annoncé lundi de premiers cas de contamination : Afghanistan, Bahrein, Koweit, Irak et Oman.

La reprise « en péril » ?

« D’abord c’était l’Iran, après l’Italie », donc cela « touche l’espace Schengen, ce qui pose un vrai problème puisque c’est une zone ouverte », a estimé auprès de l’AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France. L’organisation mondiale de la santé a d’ailleurs appelé lundi le monde à se préparer à une « éventuelle pandémie » du nouveau coronavirus, en jugeant « très préoccupante (…) l’augmentation soudaine » de ces nouveaux cas hors de Chine.

Les investisseurs ont de la « difficulté à mettre un prix sur ce risque », a jugé M. Baradez, et c’est ce que reflète le marché ce lundi. La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a estimé dimanche que « le virus Covid-19, urgence sanitaire mondiale, a perturbé l’activité économique en Chine » et pourrait « mettre en péril » la reprise de l’économie mondiale. Elle a affirmé que l’impact du virus sur la croissance serait d’environ 0,1 point.

Un économiste de la Maison Blanche a souligné lundi que les perturbations causées par l’épidémie du coronavirus en Chine auraient un effet sur l’économie américaine mais que l’ampleur de cet impact restait incertaine. « Alors que la publication des résultats 2019 touche à sa fin, les effets liés au coronavirus pourraient être de plus en plus importants sur les publications du premier trimestre et les alertes sur résultats pourraient être annoncées dans de nombreux secteurs d’ici là », a prévenu dans une note Vincent Boy, analyste chez IG France.