Comment assurer l’avenir de votre animal après votre décès ?

ARGENT Les maîtres qui souhaitent que leur animal de compagnie soit confié à une personne de confiance après leur décès ont plusieurs choix à leur disposition

M.K. pour 20 Minutes

— 

Il existe des solutions pour que votre animal ne soit pas livré à lui-même après votre disparition.
Il existe des solutions pour que votre animal ne soit pas livré à lui-même après votre disparition. — IStock / City Presse

À mesure que les années défilent, la solitude peut peser lourd dans la vie des seniors, d’autant plus après le décès d’un partenaire. Pour être accompagné au quotidien, retrouver la joie de vivre et le goût de s’adonner à quelque activité que ce soit, beaucoup décident d’adopter un animal.

Mais quid de l’avenir de son chien ou de son chat quand l’heure sera venue de retourner à la poussière ? Le devenir d’un compagnon est en effet une source d’angoisse pour bon nombre de personnes âgées qui veulent s’assurer que leur boule de poils sera entre de bonnes mains.

Un héritage impossible

Si vous souhaitiez léguer votre maigre pécule ou votre grande fortune à votre animal de compagnie, sachez que cela n’est pas possible. En effet, bien que les animaux soient désormais considérés comme des êtres vivants doués de sensibilité, ils ne sont pas pour autant des personnes juridiques. En d’autres termes, ils sont soumis au régime des biens et entrent dans votre patrimoine, plus ou moins au même titre que vos meubles. Comme votre tableau de maître ou votre maison de vacances au bord de mer, ils subissent les règles classiques de la succession. À l’inverse de vos enfants, ils ne peuvent donc pas hériter de vos biens.

Cela est bien différent ailleurs dans le monde. Dans de nombreux autres pays, les animaux peuvent hériter de leurs maîtres. Parmi les exemples les plus connus, on retrouve Gunther, chien le plus riche du monde qui, en 1992, avait obtenu 328 millions d’euros de sa maîtresse, la comtesse allemande Karlotta Libenstein, ou encore Bubbles, le chimpanzé de Michael Jackson, auquel la star avait légué plusieurs millions de dollars à sa mort en 2009.

Une personne de confiance

À votre disparition, Médor ne sera peut-être pas riche mais vous pouvez vous assurer que l’on prendra soin de lui. En effet, il existe des solutions pour que votre fidèle compagnon ne soit pas livré à lui-même. L’idéal, évidemment, est de le confier à un membre de votre famille qui pourra s’en occuper.

Si cela n’est pas possible, vous pouvez faire appel à une association qui sera chargée de son bien-être. Dans les deux cas, vous pouvez décider de léguer une partie de votre argent à la personne ou structure qui aura la tâche de subvenir aux besoins et à l’entretien de votre animal. Cette somme servira alors à acheter la nourriture, à payer les frais vétérinaires et toutes les dépenses.

Rédiger un testament

Néanmoins, si vous décidez de charger une personne de votre entourage ou une association de s’occuper de votre animal, moyennant le versement d’une somme d’argent, n’oubliez pas d’officialiser cette volonté chez le notaire. En effet, établir un acte notarié est une sécurité supplémentaire. Il est possible de rédiger un testament dans lequel on désigne officiellement la personne à même de s’occuper de son animal ainsi que la somme allouée aux frais occasionnés par cette mission.

Si vous décidez de confier votre chien ou chat à une association, vous pouvez également désigner une personne chargée de lui rendre visite régulièrement afin de s’assurer que la structure en prenne bien soin. Faire enregistrer votre testament chez un notaire permet qu’il ne soit ni contesté ni invalidé après votre décès. Cet enregistrement juridique ne coûte pas très cher, cela peut donc « valoir le coup » pour faire respecter vos dernières volontés.