Airbus annonce la suppression de 2.360 postes dans sa branche Défense et Espace

TROU D'AIR En raison de « l’atonie du marché », Airbus prévoit de supprimer d’ici à l’année prochaine 2.362 postes dans sa division Défense et Espace, dont 404 en France

20 Minutes avec AFP

— 

Plus de 400 postes sont menacés en France (illustration).
Plus de 400 postes sont menacés en France (illustration). — Maarten Boersem - Sipa

Les débuts chaotiques de l’avion militaire A400M sont pour beaucoup dans ce trou d’air. Airbus Defence & Space, la branche Espace et Défense du géant européen, annonce ce mercredi, sans surprise, un plan de restructuration qui prévoit à ce stade la suppression de 2.362 postes « d’ici 2021 ». Le comité d’entreprise européen du groupe a été informé dans la journée des détails de ce plan qui doit toucher 829 emplois en Allemagne, 404 en France, 357 au Royaume-Uni et 142 dans d’autres pays.

Le groupe indique que ces ajustements, déjà en germe lors de la présentation des résultats annuels le 13 février à Toulouse, sont rendus nécessaires « par l’atonie du marché spatial » et « le report de plusieurs contrats de défense ».

La division, qui représente 15 % du chiffre d’affaires du groupe, a effectué 8,8 milliards d’euros de prises de commande en 2019 mais elle a aussi enregistré une perte de 881 millions d’euros. A lui seul, le programme A400M, dont 14 exemplaires ont été livrés l’an passé, a nécessité l’inscription d’une nouvelle charge de 1,2 milliard d’euros.