Un plan pour sauver les propriétaires américains en difficulté

CRISE FINANCIERE Il s'agit de prévenir les saisies des logements de ceux qui...

avec AFP

— 

Dans son bureau de Hollywood, en Floride (sud-est), l'experte en saisies immobilières Rhona Light n'a jamais été aussi débordée depuis des années.
Dans son bureau de Hollywood, en Floride (sud-est), l'experte en saisies immobilières Rhona Light n'a jamais été aussi débordée depuis des années. — Joe Raedle AFP/GETTY IMAGES/Arch.

Après le plan pour sauver Wall Street, voilà celui pour sauver Main Street. Mardi, les autorités américaines ont annoncé une initiative destinée à aider les propriétaires immobiliers en difficulté, afin de prévenir la saisie de leur logement, par le biais d'une modification vigoureuse des termes de leur emprunt.

Ce nouveau programme passe par une extension du programme «Hope Now» («L'Espoir maintenant») mis en place par la profession pour éviter les expulsions, a indiqué l'agence fédérale du financement immobilier (FHFA).

Ce plan vise à aider les ménages «à risque» comme ceux ayant un profil financier plus solide, pourvu qu'ils puissent supporter un remboursement mensuel inférieur ou égal à 38% de leurs revenus bruts mensuels.

«Tous ensemble»

«C'est un but raisonnable si les propriétaires, les banques, les fournisseurs de prêts hypothécaires, les investisseurs, Fannie Mae et Freddie Mac travaillent tous ensemble», estime le directeur de la FHFA, James Lockhart.

La FHFA est l'organisme de tutelle de Fannie Mae et Freddie Mac, les organismes de refinancement hypothécaire qui, à eux deux, garantissent ou détiennent 58% des prêts immobiliers du pays. Ces deux organismes sont depuis début septembre sous tutelle de l'Etat, via la FHFA.

«Le programme vise l'emprunteur (...) qui a manqué trois paiements ou plus, possède et occupe le logement comme résidence principale, et n'est pas en faillite personnelle», précise James Lockhart.

Wall Street applaudit

«L'idée est que, s'il n'est pas possible de faire baisser votre taux d'intérêt --on parle de le faire descendre jusqu'à 3%-- et si vous ne pouvez pas prolonger l'hypothèque --on pourra l'étendre jusqu'à 40 ans-- et si vous n'avez pas un ratio de dette sur revenus supportable de 38%, ils vont étudier la possibilité de réduire le principal et de ne pas vous faire payer d'intérêts", a-t-il dit, interrogé sur la chaîne d'information financière CNBC.

Des millions de ménages pourraient être concernés. Une étude récente de la société de recherche Moody's Economy.com estime que 7,3 millions de foyers feraient défaut sur leurs emprunts entre 2008 et 2010 et que 4,3 millions d'entre eux pourraient perdre leur maison.

Près de 80% des ménages américains sont propriétaires de leur logement. Wall Street a semblé applaudir la nouvelle. En forte chute dans la matinée, les marchés ont réduit leurs pertes dans la foulée de l’annonce.