Ile-de-France : Combien ça coûte de se mettre au vélo ?

BUDGET Le vélo est dans l’air du temps. Pour s’y mettre, il faut investir dans un premier temps

Romarik Le Dourneuf

— 

Le nombre de cyclistes à Paris explose depuis quelques années
Le nombre de cyclistes à Paris explose depuis quelques années — xavier FRANCOLON
  • Beaucoup de Franciliens se sont convertis au vélo depuis le début des grèves. Une conversion qui se poursuit depuis la reprise des transports en commun.
  • A vélo, certains équipements sont obligatoires. C’est le cas de l’éclairage, de l’avertisseur sonore et du gilet à haute visibilité.
  • Ile-de-France Mobilités et la maire de Paris proposent des subventions pour aider celles et ceux qui souhaitent acheter un vélo à assistance électrique.

« A Paris à vélo on dépasse autos ! » Vélos en libre-service, essor de l’assistance électrique (VAE), grèves… Le vélo à la cote depuis quelques années en Ile-de-France. Poussés par des vents politiques favorables, les adeptes de la pédale se multiplient. En particulier à Paris, où les compteurs installés par la mairie ont dénombré 54 % de cyclistes de plus entre septembre 2018 et septembre 2019. Si une partie des Franciliens ont été contraints de s’y mettre pour se rendre au travail, cela s’est révélé une expérience globalement positive puisqu’ils sont nombreux à déclarer vouloir continuer malgré la reprise des transports en commun. Mais dépenser de l’énergie ne suffira pas pour s’offrir un vélo et tout le nécessaire qui l’accompagne.

Un coût difficile à estimer

Il est très compliqué de donner un prix moyen dépensé par les Franciliens pour leur « bécane ». Jean-Marie Beauvais, économiste du transport, explique le principal obstacle : « On ne peut pas différencier, dans les chiffres, le vélo acheté pour se déplacer de celui dans lequel on investit pour les loisirs ou la compétition, il est évident que ce dernier coûte beaucoup plus cher. » La Fédération des associations des usagers de transport (FNAUT) chiffre, dans son étude parue ce vendredi, à 21 centimes par kilomètre le coût d’un vélo. La fédération l’obtient en divisant le total des dépenses annuelles des cyclistes, par le nombre de cyclistes et les kilomètres parcourus. Mais cette estimation prend en compte tous les modèles de vélo, du sportif au plus modeste en passant par le VAE.

Il y en a pour toutes les bourses

Selon l’Observatoire du cycle, en 2017, le prix moyen d’un vélo est très différent chez un détaillant (1.320 euros) et dans une grande surface sportive (225 euros). Des sommes importantes à débourser. Mais pour ceux qui roulent tranquillement et savent éviter les nids-de-poule, il est possible de trouver de l’entrée de gamme à un peu plus de cent euros. Les cyclistes qui voudront braver la jungle urbaine avec un peu plus de vigueur doivent se tourner vers les vélos tout chemin (VTC) ou tout terrain (VTT). La note va alors grimper puisqu’il faut débourser au moins 300 euros pour ces modèles, soit à peu près le prix des entrées de gamme «  Fixie », très populaires dans la capitale. Ceux qui aiment la vitesse et veulent s’offrir un vélo de route, devront s’alléger au minimum de 600 euros.

Pour les plus téméraires et les plus bricoleurs, il est possible de faire baisser la note en cherchant sur les sites de revente entre particuliers, ou en s’adressant à des associations qui récupère les vélos de fourrière pour les réparer et les revendre. Les coûts sont aléatoires mais certaines bonnes affaires se négocient en dessous de cent euros.

Derniers arrivés sur le marché, les vélos à assistance électrique (VAE) ont fait une entrée remarquée. Si beaucoup de VAE affichent des prix de plusieurs milliers d’euros, certains modèles sont disponibles à partir de 500 euros et proposent une autonomie supérieure à 25 ou 30 kilomètres. S’ils présentent un équipement assez basique, ils sont tout à fait suffisants pour des trajets quotidiens, comme se rendre au travail par exemple. Le coût de ces équipements varie surtout en fonction de l’autonomie et des options. Selon l’UFC Que Choisir, la somme moyenne dépensée par les Français pour des VAE se situe entre 1.500 et 2.000 euros.

Pour ceux qui ne souhaiteraient pas faire l’acquisition d’un vélo, il reste toujours le libre-service. Le « Vélib », par exemple, propose des forfaits de 3,10 à 8,30  euros par mois, selon les formules. Des tarifs avantageux existent aussi pour les jeunes et les personnes en difficultés financières. Toutefois, après les déboires connues au lancement des nouveaux modèles, ceux-ci ont également souffert de très fortes sollicitations pendant les grèves.

D’autres plateformes privées tentent leur chance sur le marché (comme les fameux vélos rouge vif sur les trottoirs) et proposent des courses à 0,15 euro la minute en plus d’un euro pour le déverrouillage.

Ne pas oublier de s’équiper

Avoir un vélo ne suffit toutefois pas pour circuler en toute sécurité et légalité. La loi stipule en effet que certains équipements sont obligatoires. Autant de dépenses supplémentaires à prévoir.

C’est le cas pour l’éclairage, il s’agit de bien voir où l’on roule, mais surtout, de bien être vu. Et pas seulement de nuit, puisqu’il est aussi obligatoire en cas de visibilité insuffisante en journée. Le site service-public.fr explique les deux feux nécessaires : « un feu de position émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche. Et un feu de position arrière qui doit être nettement visible de l’arrière lorsque le vélo est utilisé. » Ainsi pour éviter une amende (de 11 à 38 euros), il va falloir débourser au minimum entre 10 et 20 euros.

Être visible ne suffit puisqu’il faut aussi être entendu. La législation explique que tout vélo doit être équipé d’un appareil avertisseur (sonnette) qui doit être entendu à au moins 50 mètres. Les premiers prix se situent autour de cinq euros seulement.

Toujours dans le but de signaler sa présence aux autres usagers de la voie publique, tout conducteur et passager d’un vélo doit porter hors agglomération un gilet homologué (les gilets jaunes, marqués «CE») de haute visibilité. Sans cela, les cyclistes se risquent à une amende de 150 euros. C’est cher payé pour l’oubli d’un équipement qui se trouve pour cinq à dix euros dans le commerce ou sur Internet.

Enfin, s’il n’est obligatoire que jusqu’à 12 ans, le port du casque est fortement conseillé. Surtout en région parisienne, où le trafic est dense et où les accidents de vélos sont légions (36 morts en 2018 dans la capitale). Le prix d’un casque va de 15 à plus d’une centaine d’euros selon les modèles.

L’entretien, les réparations et l’assurance, ça coûte

Pour faire durer le plaisir avec sa monture, il faut la bichonner. Ceux qui n’ont pas peur de mettre la main à la pâte peuvent s’offrir un kit d’entretien pour une quarantaine d’euros. Ceux qui préfèrent mettre la main à la poche, se tourneront vers des professionnels. La note peut monter assez rapidement, mais il est possible de trouver des réparateurs qui proposent des bilans et entretiens annuels à partir de 80 euros.

Les VAE, comme leur homologue 100 % mécaniques, utilisent une batterie pour l’assistance électrique. Livrées avec le vélo, elles doivent être rechargées. Le site cyclable.com a calculé qu’une recharge de 50 kilomètres coûte environ 0,075 euro. Les cyclistes qui ont peur de se retrouver à cours de jus un beau matin, peuvent se procurer une seconde batterie. Pour cela, il faudra débourser entre 200 et 900 euros selon l’autonomie et la marque.

Malheureusement, un bon entretien ne garantit pas contre les crevaisons, les chocs ou les dégradations. Pour faire réparer son vélo, il est pertinent dans un premier temps de comparer les prix des différents professionnels. Ils peuvent varier du simple au triple dans la capitale. De 10 euros pour un réglage de frein, à 150 euros pour une réparation de cadre, les prix sont très divers. Et c’est sans compter les réglages électroniques des VAE qui s’élèvent à plus de cent euros.

Pour pallier à une éventuelle crevaison, il ne faut pas hésiter à se munir d’un kit de réparation composé d’un démonte-pneu (3 euros), une chambre à air (5 euros) et une pompe à vélo (de 15 à 30 euros).

Les vols et dégradations font également partie de la vie des cyclistes franciliens. Il est donc conseillé, dans un premier temps de choisir un bon antivol. Si les premiers prix tournent autour de 30 euros, la majorité des modèles se situent entre 70 et 90 euros. Il existe même des modèles connectés à partir de 150 euros qui permettent de savoir si le vélo bouge ou si quelqu’un essaie d’en forcer la sécurité.

Ensuite pour s’éviter de vider son compte bancaire ou de s’endetter pour en acheter un nouveau, la solution peut être de souscrire une assurance. Certaines assurances habitation ou voiture incluent déjà les deux-roues. Sinon, il est possible de prendre formule spéciale chez son assureur à partir de 80 euros par an.

Des aides financières existent

Si evenir le roi du bitume demande des investissements, le vent de l’écologie souffle dans le dos des cyclistes et les autorités ont mis en place des aides financières qui permettent d’alléger la note.

Afin de convaincre les Franciliens de mettre le pied à la pédale, Ile-de-France Mobilités propose une subvention allant jusqu’à 500 ou 600 euros suivant le modèle, et dans la limite de 50 % du prix pour l’achat d’un VAE.

La Mairie de Paris propose également une aide financière de 33 % du prix du VAE avec un plafond à 400 euros pour un «vélo électrique» classique et à 600 euros pour un VAE cargo.

Enfin, certaines entreprises proposent une indemnité kilométrique vélo (IKV) à leur salarié. Non obligatoire, elle s’élève, pour ceux qui peuvent en bénéficier, à 0,25 euro du kilomètre.