Faut-il souscrire une assurance pour son mariage ?

ARGENT Si les futurs mariés se laissent souvent porter par la féerie de l’événement, mieux vaut garder les pieds sur terre pour anticiper tout incident éventuel

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Parce qu'on n'est jamais à l'abri d'un incident, il est nécessaire d'assurer la location de sa salle de mariage.
Parce qu'on n'est jamais à l'abri d'un incident, il est nécessaire d'assurer la location de sa salle de mariage. — IStock / City Presse

On a beau prier pour que le jour de son mariage soit parfait, il faut rester conscient qu’avec un tel regroupement de personnes au même endroit, des accidents peuvent vite arriver. Sans compter l’alcool qui coule souvent à flot. Mieux vaut donc rester prudent et souscrire une bonne assurance.

Du rêve au drame

Au jeu des scénarios catastrophes, la liste est longue. Il y a d’abord les petits incidents sans trop de gravité, lorsqu’un invité éméché manifeste, par exemple, trop brusquement sa joie et arrose un tableau appartenant à la salle avec son verre de vin. Dans le pire des cas, c’est malheureusement dans la rubrique des faits divers que la noce peut se terminer.

Les mariés responsables

En pratique, si le repas de mariage est gâché par un dégât des eaux, un incendie causé par une défaillance technique ou tout autre problème extérieur aux convives et mariés, c’est la responsabilité du propriétaire des lieux qui sera engagée. En revanche, si les invités provoquent des dommages matériels sur place – on repense aux fameuses éclaboussures de vin –, se blessent ou blessent d’autres personnes, ce sont aux mariés ayant loué la salle que les victimes pourront demander des comptes. Or, s’il y a peu de chance que les hôtes les poursuivent, le professionnel lésé ne s’en privera pas. Autant dire qu’il y a plutôt intérêt à ce que la couverture d’assurance des concernés soit bonne. Encore faut-il savoir comment la choisir.

Une couverture gratuite

Il faut distinguer deux hypothèses. Pour être sûrs d’obtenir une indemnisation en cas de dégradations, certains propriétaires de salle de réception incluent la souscription d’une responsabilité civile dans le contrat de location. Si c’est un bon moyen de s’éviter tout tracas, la facture a toutefois tendance à grimper en flèche (jusqu’à 10 % du coût total). La plupart du temps, le professionnel laisse cependant aux futurs utilisateurs des lieux le soin de s’assurer par eux-mêmes et se contente d’exiger une attestation en bonne et due forme. C’est d’ailleurs le cas de figure le plus enviable. Plutôt que de souscrire un nouveau contrat, il suffit en effet de se tourner vers son assurance multirisque habitation qui, en général, comprend déjà la couverture de toute location de salle destinée à accueillir une fête exclusivement familiale (mariage, baptême, anniversaire…). Selon les formules, cette clause peut être par exemple intégrée à la « garantie villégiature » qui protège aussi une location de vacances, ou faire l’objet d’une option spécifique « location de salle », gratuite ou payante, pour couvrir le lieu de réception à une date précise et pour une durée déterminée.

Dans tous les cas, il faut vérifier le contenu de la couverture proposée, de même que les éventuelles franchises appliquées. Attention, certains lieux atypiques comme les péniches ou les châteaux peuvent être exclus de cette protection, tout comme les situations de vol.