Être étudiant et entrepreneur à la fois, c’est possible

TRAVAIL Il n’est pas nécessaire d’avoir fini ses études pour devenir son propre patron et ce, grâce au statut national d’étudiant-entrepreneur. Plus de 4.400 jeunes en ont bénéficié pour l’année scolaire 2018-2019

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Le statut d'étudiant-entrepreneur permet d'épauler les jeunes porteurs de projet.
Le statut d'étudiant-entrepreneur permet d'épauler les jeunes porteurs de projet. — IStock / City Presse

La valeur n’attend pas le nombre des années. Alors qu’ils n’ont même pas encore leur diplôme en poche, certains jeunes ont d’ailleurs un projet de création d’entreprise bien précis en tête. Pour les soutenir, l'État leur a conçu un parcours spécifique.

Faire ses preuves

C’est en 2014 que le législateur a créé le statut national étudiant-entrepreneur. Une première mondiale qui inspire aujourd’hui certains de nos voisins. Ce dispositif s’adresse à tout bachelier, étudiant ou jeune diplômé, qui souhaite lancer sa société. Peu importe sa filière ou le type de démarche entrepreneuriale. Sont toutefois visés en priorité les jeunes de moins de 28 ans.

Pour obtenir ce statut, il faut envoyer son dossier au Pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entreprenariat, dit Pépite. Il en existe une trentaine en France, mais la candidature peut aujourd’hui s’effectuer directement sur Internet. Le comité d’engagement du Pépite se charge alors d’étudier la qualité du projet entrepreneurial , mais aussi le sérieux et la maturité du candidat. Il transmet ensuite un avis favorable ou défavorable au ministère de l’Enseignement supérieur qui délivre le statut.

Un encadrement adapté

Une fois accepté, le jeune porteur de projet bénéficie de mesures spécifiques lui permettant d’avancer sur sa création de société. Les étudiants peuvent tout d’abord aménager leur emploi du temps pour concilier leurs ambitions avec leur formation. De même, le travail accompli pour ce projet entrepreneurial peut se substituer au stage obligatoire du cursus. Il est alors reconnu par l’obtention de crédits ECTS, comptant pour la validation du parcours. Quant aux diplômés, ils peuvent conserver ou retrouver les avantages associés au statut étudiant et suivre une formation qualifiante dédiée. Dans leur cas, le dispositif s’accompagne en effet de l’obligation de s’inscrire au diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur (D2E), dont le programme est personnalisé.

Qu’ils soient encore en formation ou déjà diplômés, tous ces jeunes profitent de toute façon d’un accompagnement renforcé à travers un double tutorat effectué par un enseignant et un entrepreneur et d’un environnement de travail adapté, puisqu’ils ont accès aux espaces de coworking du Pépite. Grâce à ce statut, ils peuvent enfin signer un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape) afin d’obtenir une aide matérielle et financière pour mener à bien leur projet.