Oxfam : « Les inégalités entre ultra-riches et pauvres s’appuient aussi sur des inégalités de genre »

INTERVIEW La Suisse accueille à partir de mardi le forum économique mondiale à Davos. Comme chaque année, la veille, l’ONG Oxfam publie son rapport sur le fossé qui sépare les ultra-riches du reste du monde. Avec un focus cette année sur le travail de soin. Explication

Fabrice Pouliquen

— 

Une jeune femme collecte de l'eau à un point de distribution dans un bidonville de Bombay, en Inde, en mars 2017.
Une jeune femme collecte de l'eau à un point de distribution dans un bidonville de Bombay, en Inde, en mars 2017. — Rafiq Maqbool/AP/SIPA
  • Le fossé entre les très grandes fortunes et le reste de la société dépasse l’entendement, estime Oxfam. La baisse de la fiscalité pour les grandes fortunes et les multinationales qu’observe globalement l’ONG tend à l’aggraver encore.
  • D’autant plus lorsque ces politiques fiscales se traduisent par des coupes sombres dans les services publics fragilisant les plus pauvres. Oxfam fait notamment un focus, cette année, sur le travail de soin qui revient de façon disproportionné aux filles et femmes
  • Pauline Leclère, responsable de campagne Justice fiscale et inégalités de Oxfam France, répond aux questions de «20 Minutes».

« Si vous aviez pu économiser l’équivalent de 8.000 euros par jour depuis la prise de la Bastille, le 4 juillet 1789, vous n’arriverez aujourd’hui qu’à 1 % de la fortune de Bernard Arnault [pdg français du groupe de luxe LVMH]. » Rien de mieux pour saisir l’ampleur du fossé qui existe entre les très grandes fortunes de ce monde et le reste de la population.

Oxfam a, en tête, de nombreux parallèles de ce genre*. L’ONG s’en sert pour nourrir son dernier rapport sur les inégalités économiques qu’elle publie ce lundi. Comme chaque année depuis 2014, et toujours à la veille du Forum mondial de Davos, petite ville suisse où se réunit, en hiver, l’élite politique et économique mondiale.

Le constat dressé par Oxfam est toujours est celui d’un fossé qui dépasse l’entendement entre les 2.153 milliardaires et le reste du monde. « Les richesses des 1 % les plus riches de la planète correspondent à plus de deux fois la richesse de 90 % de la population mondiale, soit 6,9 milliards de personnes », illustre Pauline Leclère, responsable de campagne Justice fiscale et inégalités d’Oxfam France. Elle répond aux questions de 20 Minutes.

Il y a un an, Oxfam indiquait que la fortune des milliardaires avait augmenté de 900 milliards de dollars en 2018. Il n’y a pas cette précision, pour 2019, dans le rapport publié ce lundi…

On nous demande souvent, en effet, d’avoir des points de comparaison d’une année sur l’autre, pour mesurer l’évolution de ce fossé entre les grandes fortunes et le reste de la société. Ce n’est pas évident. Dans ces rapports, nous nous basons essentiellement sur deux sources de données. Celles de la revue Forbes, sur la richesse des milliardaires, et celles de la banque Crédit suisse qui analyse la répartition de la richesse mondiale en recueillant les informations données par les Etats. Or, ceux-ci changent parfois leurs méthodologies dans le recueil des données.

En revanche, sur une échelle de temps plus longue, des tendances se dessinent et montrent un creusement des inégalités. Le nombre de milliardaires a presque triplé en dix ans [2.153 selon Forbes en 2019, contre 792 en 2009]. A l’autre bout du système économique, selon les prévisions de la Banque mondiale, près de la moitié de la population mondiale vivrait avec moins de 5,50 dollars par jour et le rythme de réduction de la pauvreté s’est réduit de moitié depuis 2013. Si, depuis les années 1990, des progrès ont permis de réduire l’extrême pauvreté [personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour, soit 10 % de la population en 2015], il reste « des poches de résistance ». Cette extrême pauvreté gagne même du terrain en Afrique subsaharienne.

Ce creusement des inégalités se constate-t-il aussi en France ?

La France compte actuellement 41 milliardaires, c’est quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008. Leur richesse cumulée s’élève à 329,9 milliards de dollars, soit cinq fois plus qu’après la crise financière. A l’inverse, selon des estimations de l’Insee publié mi-octobre, le taux de pauvreté a augmenté en France, entre 2017 et 2018, en passant de 14,1 % à 14,7 %. Ce sont ainsi 9,3 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 1.050 euros par mois. Les écarts de salaires entre PDG et salarié (es) au sein des entreprises restent démentiels. Un patron du CAC 40 a gagné en moyenne 277 SMIC en 2018. Surtout, les inégalités de patrimoines sont vertigineuses. Entre 1998 et 2015, la part du patrimoine des 10 % les plus riches a augmenté de 113 % tandis que celle des 10 % les plus pauvres a reculé de 31 %.

Faut-il s’attendre à ce que ces inégalités se creusent encore dans les années à venir ?

La situation ne pourra qu’empirer sans mesure déterminante dans le sens d’un meilleur partage des richesses. Or, ce n’est pas la direction prise à ce jour si on se penche sur la manière dont les Etats lèvent l’impôt. L’imposition des classes les plus aisées est toujours plus réduite. Aux Etats-Unis, le taux supérieur de l’impôt sur le revenu – c’est-à-dire le taux appliqué aux plus riches- atteignait 70 % jusque dans les années 1980. Il a été divisé par deux depuis. En France, la création de la Flat Tax et la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) ont permis de substantiels gains pour les plus riches, sans impacts visibles sur les investissements. C’était pourtant la promesse de cette réforme.

Ces politiques fiscales favorables aux plus riches se font souvent aux prix de coupes dans les dépenses sociales. Et celles-ci fragilisent les classes les plus pauvres. On en revient aux 5,50 dollars par jour avec lesquels vit près de la moitié de la population mondiale. Pour de nombreuses personnes, il suffit d’une facture d’hôpital ou d’une mauvaise récolte pour basculer dans la misère. A cela s’ajoutent les menaces à venir. Celle du changement climatique notamment. Les populations les plus pauvres sont souvent les plus vulnérables. Cela ne se mesure pas seulement aux pertes financières et matérielles que peuvent engendrer des catastrophes naturelles. Les effets sont souvent plus insidieux. On estime qu’à l’horizon 2025, jusqu’à 2,4 milliards de personnes pourraient vivre dans des zones où les réserves d’eau sont insuffisantes. On peut imaginer alors que des personnes aient des distances plus longues à parcourir à pied pour collecter l’eau. En l’occurrence, des filles et des femmes à qui revient souvent ce fardeau.

On en vient au « travail de soin », un des focus de votre rapport cette année…

Tout à fait. Ce travail de soin regroupe des tâches diverses, de la garde d’enfants à l’accompagnement des personnes âgées, en passant par tout un éventail de tâches domestiques quotidiennes (cuisine, lessive, collecte de l’eau et du bois de chauffage…). Si personne n’investissait du temps, des efforts et des ressources dans ces tâches quotidiennes essentielles, les communautés, les entreprises et des pans entiers de l’économie seraient paralysées. Or, partout dans le monde, dans les pays en voie de développement aussi bien qu’en France, ce travail de soin, peu ou non rémunéré, est assuré de façon disproportionnée par des filles et des femmes. C’est du temps qu’elles ont en moins pour s’éduquer, participer à des activités politiques et sociales, prospérer économiquement… Les inégalités économiques s’appuient aussi sur des inégalités de genre.

Quelle serait alors la solution pour Oxfam ? Taxer davantage les ultra-riches pour financer les services publics ?

C’est la grande idée, oui. Ces élites politiques et économiques qui se réunissent à Davos ont aidé à creuser les inégalités économiques. C’est aussi par eux que doivent arriver les solutions. Cela passe par des fiscalités plus progressistes, c’est-à-dire qui mettent davantage à contribution ceux qui ont le plus. Cela passe aussi par une lutte efficace contre l’évasion fiscale ou encore, en particulier en France, par la suppression des niches fiscales qui bénéficient disproportionnellement aux grandes entreprises sans bénéfice pour l’économie. Et cet argent ainsi récupéré doit être investi dans les services publics, notamment pour rééquilibrer la responsabilité du travail de soin qui incombe le plus souvent aux filles et aux femmes. C’est un autre volet de nos recommandations : s’attaquer aux inégalités femmes-hommes dans le monde du travail. Cela passerait notamment, en France, par l’augmentation significative du congé paternité afin de limiter le « risque maternité » discriminant les femmes sur le marché du travail.

* En voici un autre donné par Oxfam: « si vous aviez mis de côté 10.000 dollars par jour depuis l’édification des pyramides en Egypte, vous auriez accumulé un cinquième de la fortune moyenne des cinq milliardaires les plus riches du monde »