Airbus réussit le premier décollage automatique d’un de ses avions (sans les mains)

INNOVATION Dans le cadre de ses recherches pour développer un avion plus autonome, Airbus a réussi le premier décollage en mode automatique

B.C.

— 

Un Airbus A350-1000 en vol. (Illustration).
Un Airbus A350-1000 en vol. (Illustration). — A. Doumenjou / Masterfilm

Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Le 18 décembre dernier, il y avait même deux pilotes dans l'A350-1000 qui a pris son envol du tarmac de Toulouse-Blagnac. Mais aucun des deux n’a tiré le manche pour faire cabrer l’avion d’essai.

Le décollage à vue de l'Airbus s’est fait en mode automatique grâce à une caméra installée directement sur l’avion et un programme de reconnaissance visuelle qui permet à l’avion de rester dans les clous sur la piste.

Le premier du genre pour Airbus. Ce jour-là, l’équipage a réalisé huit décollages en mode automatique sur une période de quatre heures et demie. Les pilotes ont réglé les manettes de gaz et surveillé l’appareil. « Il a commencé à se déplacer et à accélérer automatiquement en maintenant l’axe de piste, à la vitesse de rotation exacte », a indiqué le capitaine Yann Beaufils, pilote d’essai chez l’avionneur européen.

Bientôt roulage et atterrissage automatiques

Un saut technologique qui marque une étape importante dans le projet ATTOL porté par Airbus. Lancé en 2018, « Autonomous taxi, take-off & landing » a pour objectif de développer l’autonomie des avions, comme cela est déjà le cas dans le secteur automobile. D’ici à la mi-2020, les séquences de roulage et d’atterrissage en version automatique seront aussi testées.

Pas question pour autant pour le constructeur d’imaginer un cockpit sans pilote. « Pour que les technologies autonomes améliorent les opérations aériennes et les performances globales des avions, les pilotes resteront au cœur des opérations. Les technologies autonomes sont primordiales pour soutenir les pilotes, leur permettant de se concentrer moins sur le fonctionnement des avions et davantage sur la prise de décision stratégique et la gestion de mission », indique Airbus dans son communiqué.