Nantes : Qui peut encore devenir propriétaire aujourd’hui ?

IMMOBILIER Les prix des logements sont en constante hausse depuis plusieurs années à Nantes

Julie Urbach

— 

Un appartement vendu dans le centre-ville de Nantes
Un appartement vendu dans le centre-ville de Nantes — S. Salom Gomis/ SIPA
  • Les prix de l'immobilier à Nantes ont atteint des sommets en 2019, a dévoilé la chambre des notaires de Loire-Atlantique ce jeudi.
  • « Les ouvriers et employés ont quitté le marché nantais », observe un professionnel.

Un appartement quartier Hippodrome affiché à 105.000 euros il y a quelques années, et récemment revendu 245.000 après rénovation. L’anecdote semble incroyable mais est pourtant rapportée par un notaire nantais. Alors que les prix de l’immobilier ne font que grimper depuis plusieurs années à Nantes, ils ont atteint des sommets en 2019.

« Le marché est devenu complètement fou, lâche Me François Bigeard. C’était cher et c’est devenu très cher, tellement la demande est forte et les offres peu nombreuses. C’est même devenu un peu n’importe quoi… » Avec un prix médian de 3.110 euros/m² pour un appartement ancien, la cité des ducs se place en 5e position des villes les plus chères (hors région parisienne), derrière Bordeaux, Lyon, Nice et Lille, a dévoilé la chambre des notaires de Loire-Atlantique ce jeudi.

Un prix qui a augmenté de plus de 9 % en un an (36 % en dix ans…) et qui a fortement amoindri les possibilités des potentiels acheteurs. « L’accès à la propriété à Nantes devient aujourd’hui très compliqué pour les classes moyennes, continue François Bigeard. Certains qui ont pu le faire il y a quelques années ne pourraient pas racheter leur propre bien aujourd’hui. Les ouvriers et employés ont quitté le marché nantais. » Résultat : plus de deux-tiers des acquéreurs d’appartements anciens sont des cadres. Une part qui passe même à 77 % pour les maisons, dont le prix médian est de 375.000 euros. Des acheteurs en moyenne âgés de 41 ans (48 ans pour le neuf) qui ne sont en général pas des primo-accédants. Plus de 90 % d’entre eux ont fait de cet achat leur résidence principale.

Flambée dans tous les quartiers

La hausse des prix ne concerne pas uniquement les quartiers traditionnellement très prisés, du centre-ville ou de Saint-Félix. Les acheteurs se sont reportés sur les secteurs moins réputés. Dans les quartiers nord, le prix des appartements anciens a par exemple bondi de 14 % en un an. Même phénomène à Nantes-Sud (+16,9 %) ou à la Bottière (+12,8 %). C’est dans ce quartier que Flavien, 27 ans, a réussi à dégoter son chez-lui, un trois-pièces à 145.000 euros. « J’ai d’abord cherché aux alentours du rond-point de Paris mais tout était hors de prix, explique cet ingénieur en informatique. Quand on a trouvé celui-ci, où il y a juste la salle de bains à retaper et le salon à rafraîchir, on n’a pas réfléchi trop longtemps. En quelques jours, la proposition d’achat était signée. »

Car en plus d’en avoir les moyens (ou de bénéficier d’un programme d’accession abordable), il faut être très réactif pour devenir propriétaire à Nantes. « Quand on met une maison à vendre, on peut se retrouver le soir-même avec cinq offres au prix, et d’autres au-dessus du mandat », relate Me Martial Manchec. Par contre, le Parisien qui jetterait son dévolu sur un logement par téléphone sans même visiter est bel et bien un mythe.

Selon les chiffres des notaires, seuls 6 % des acquéreurs des appartements anciens à Nantes arrivent d’Ile-de-France. « Ils viennent de l’Ouest parisien, souvent du 92, constate François Bigeard. Ils font forcément augmenter les prix car ils ont un budget important après avoir revendu leur bien. Au début, ils veulent louer pour se familiariser avec le coin mais le marché locatif est tellement tendu qu’ils achètent ! »

Pour acheter, il faut s’éloigner

Si certaines familles profitent des taux d'emprunt immobilier toujours très bas pour acheter à Nantes, de nombreuses autres choisissent de s’éloigner pour accéder à la propriété. Car s’ils augmentent eux aussi, les prix pratiqués dans le reste de l’agglo restent encore très loin de ceux pratiqués dans la ville centre : 600 euros de moins au m² pour un appartement ancien, et même 1.000 euros dans le neuf.

« On peut encore trouver des logements dans la première couronne, même si les gens se tournent de plus en plus vers la deuxième couronne (Thouaré, Sucé-sur-Erdre, Couëron…), observe Me Marie Denis-Noujaim, notaire à Vertou. Les biens correspondent davantage avec la demande des familles, en termes de surface, de jardin, mais aussi d’infrastructures et de transports qui se développent de plus en plus. »