La France se classe en tête des pays européens à l’industrie la plus attractive

COCORICO Certains secteurs en particulier, comme la construction aéronautique et spatiale, la construction navale ou la pharmacie, attirent sous-traitants et partenaires

20 Minutes avec AFP

— 

Des techniciens  travaillent pour Airbus sur un moteur d'avion, à Blagnac.
Des techniciens travaillent pour Airbus sur un moteur d'avion, à Blagnac. — PASCAL PAVANI / AFP

Bonne nouvelle ! La France attire toujours les investisseurs étrangers. Son attractivité industrielle la place même en tête des pays européens, révèle ce lundi une enquête du cabinet EY, même si l’optimisme sur son avenir est moins important que l’an passé.

Avec 339 projets recensés en 2018 (contre 323 en 2017), la France reste le pays européen qui attire le plus d’investissements étrangers en matière d’implantations ou d’extensions de sites industriels. Viennent ensuite la Turquie (203 projets, +2) et l’Allemagne (152 projets, -11). Dans le même temps, le Royaume-Uni a enregistré une chute de 35 % du nombre de projets sur son sol (140 en 2018 contre 216 en 2017), « en raison de l’inconnue Brexit », note l’étude. Le Royaume-Uni recule ainsi de la 2e à la 4e place de ce palmarès.

Ce n’est « pas un accident »

« La performance tricolore n’est pas un accident », souligne l’étude, qui souligne que « depuis 2016, la France creuse l’écart avec ses concurrents allemands et britanniques dans la course aux investissements industriels étrangers ». Ainsi, entre 2014 et 2018, les investissements directs étrangers (IDE) en France ont augmenté de 47 % contre une hausse de 7 % en Allemagne. Au Royaume-Uni, la baisse est constante depuis 2017 (-15 %).

L'étude fait ressortir que certaines filières industrielles françaises exportatrices (construction aéronautique et spatiale, construction navale, pharmacie) attirent des sous-traitants et partenaires, dont « un grand nombre d’entreprises à capitaux étrangers [qui] viennent produire en France » et entrent dans les chaînes d’approvisionnement de groupes comme Airbus, EDF, Danone ou Sanofi.

L’avenir en question

Pour les investisseurs interrogés dans le cadre de l’étude, la croissance française va être tirée par des secteurs comme le numérique (31 % des réponses), l’énergie (28 %), les technologies vertes (21 %) et les services aux entreprises (21 % également). Dans ce contexte, la perception de l’industrie française par les entrepreneurs étrangers restait largement favorable, mais avec une baisse : 70 % se disaient optimistes en 2019 quant à l’avenir de l’industrie française contre 77 % en 2018.

La stabilité fiscale est considérée comme « critique » par 41 % des entreprises dans leurs choix d’investissements en Europe, et 52 % la classent comme un facteur « important ». « Parce que les entreprises recherchent de la stabilité et de la prévisibilité, la France doit confirmer ses engagements assez récents en la matière », notent les auteurs de l’étude.

Le « baromètre de l’attractivité industrielle » s’appuie notamment sur l’enquête d’opinion réalisée en janvier 2019 par l’institut CSA auprès de 210 dirigeants représentatifs des investisseurs étrangers en France et en Europe, et sur l’analyse des implantations et extensions industrielles d’entreprises étrangères en France.