La Roche-sur-Yon: Accord trouvé pour les indemnités de départ des salariés de Michelin

PLAN SOCIAL L'usine Michelin de La Roche-sur-Yon, qui emploie 619 salariés, fermera ses portes courant 2020

20 Minutes avec AFP

— 

Devant l'usine Michelin de La Roche-sur-Yon. (archives)
Devant l'usine Michelin de La Roche-sur-Yon. (archives) — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Un accord a été trouvé entre direction et syndicats sur les conditions de départ des 619 salariés de l’usine Michelin de La Roche-sur-Yon qui doit fermer ses portes cette année, a annoncé jeudi la direction. « On ne peut pas dire qu’on est satisfait, parce que forcément, on espère toujours avoir mieux, mais globalement, les mesures sont acceptables », a commenté Fabrice Herbreteau, délégué syndical CFE-CGC.

« Cet accord n’empêche pas la colère qu’on peut avoir concernant la fermeture du site et le fait que Michelin fasse beaucoup de profits et sacrifie des usines pour faire encore plus de rentabilité », a-t-il dit.

Prime de départ d’au moins 40.000 euros

Les salariés vont bénéficier d’une prime de départ de 40.000 euros brut auxquels s’ajouteront 500 euros par année d’ancienneté. Pour ceux qui souhaitent se reclasser dans une autre entreprise, cette indemnité de départ sera non imposable et Michelin s’engage à compenser la différence de salaire à hauteur de 400 euros brut par mois pendant trois ans.

Un cabinet privé est aussi chargé de les assister en vue d’un reclassement. Une aide à la formation à hauteur de 10.000 euros et une aide à la création d’entreprise sont également prévues.

Une centaine de salariés pourrait rester chez Michelin

Pour Nicolas Biron, délégué SUD, « toutes ces indemnités ne compenseront jamais totalement le préjudice subi par les salariés, la perte de leur emploi ». « On a essayé d’obtenir un maximum de compensation par rapport à tout ça, on est parti assez bas sur des montants de plan de sauvegarde de l’emploi, et on a pu obtenir dans l’enveloppe globale 40 % de plus », s’est-il tout de même félicité.

Sur les 619 salariés, une centaine devrait faire le choix de rester en interne et d’aller travailler dans un autre site du groupe.

Ils bénéficieront de l’indemnité de départs, mais elle sera imposable. Michelin s’engage à financer leur déménagement et à aider financièrement les conjoints qui abandonneraient leur travail en Vendée.

Enfin 90 salariés environ, qui seront à la retraite d’ici le 1er janvier 2026, doivent profiter de la mesure d’âge : ils toucheront 75 % de leur salaire brut par mois, jusqu’à la retraite.