La Caisse d'épargne et la Banque Populaire se marieront au printemps

CRISE FINANCIERE Les deux groupes veulent prendre leur temps pour construire une union solide...

Avec agence

— 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur les pertes de quelque 700 millions d'euros subies par la Caisse d'Epargne en raison de risques pris par des traders en plein krach boursier, a annoncé lundi une source judiciaire.
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur les pertes de quelque 700 millions d'euros subies par la Caisse d'Epargne en raison de risques pris par des traders en plein krach boursier, a annoncé lundi une source judiciaire. — Bertrand Langlois AFP/Archives

Les mariés ont décidé de prendre leur temps. Annoncée début octobre, l'union entre la Caisse d'épargne et la Banque populaire n'aura pas lieu avant le printemps prochain, comme l'annonce le directeur général des Caisses d'épargne, Alain Lemaire, dans un entretien au Figaro publié ce lundi.

«Nous nous inscrivons dans le rythme qui avait été décidé pour cette opération», explique Alain Lemaire, nommé directeur général en remplacement de Nicolas Mérindol après la perte de 600 millions d'euros essuyée par le groupe.

«Retour nécessaire aux fondamentaux et aux valeurs du groupe»

Il précise que les deux groupes bancaires ne souhaitent pas se laisser «enfermer dans un calendrier qui ne nous permettrait pas de bâtir un projet solide pérenne». S'il reconnaît «tourner la page», il ne condamne pas pour autant la stratégie de ses prédécesseurs et affirme être animé par la «conviction d'un retour nécessaire aux fondamentaux et aux valeurs du groupe».

La fusion entre les groupes Caisse d'Epargne et Banque Populaire donnerait naissance à la deuxième banque française. La fusion des organes centraux des deux établissements nécessiterait que le Parlement révise la loi de juin 1999 qui a reconnu aux Caisses d'Epargne le statut de banques coopératives.