Bretagne: Qui est Eureden, le nouveau mastodonte de l'agriculture bretonne

ECONOMIE Ce nouveau groupe est issu de la fusion des coopératives Triskalia et D’Aucy

C.A. avec AFP

— 

Illustration d'un tracteur travaillant dans un champ agricole près de Rennes.
Illustration d'un tracteur travaillant dans un champ agricole près de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

C’est un nouvel empire de l’agriculture qui est en gestation. Vendredi, les agriculteurs délégués des coopératives Triskalia et D’Aucy ont voté en faveur de la fusion de leurs deux entités. D’ici un an et l’officialisation du mariage, le nouveau mastodonte breton appelé Eureden comptera plus de 20.000 adhérents, 9.000 salariés et plus de 300 magasins à son actif, pour un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros.

Connus pour les marques d’Aucy, Paysan Breton, Mamie Nova, Prince de Bretagne ou encore Cocotine, les deux groupes ont obtenu le feu vert de l’Autorité de la concurrence en juillet et scelleront leur union au 1er janvier 2020. La fusion juridique et financière est prévue le 1er janvier 2021.

Eureden ambitionne de concurrencer les coopératives Terrena, basée en Pays de la Loire et Agrial, installée en Normandie et vise un chiffre d’affaires de cinq milliards d’euros d’ici cinq ans, avec l’ambition de se développer à l’étranger. Mais aussi de trouver un nouveau modèle. « On avait pour mission après guerre de mettre en place une production de masse pour nourrir la population. Aujourd’hui les attentes ont changé, nous allons y arriver, mais il nous faut laisser du temps au temps », a indiqué Serge Le Bartz.

Le président du groupe D’Aucy espère également travailler à l’amélioration du bien-être animal et la réduction des pesticides. « Aujourd’hui, c’est compliqué de ne pas avoir du tout recours aux produits phytosanitaires, mais demain on compte beaucoup sur les semenciers pour avoir des semences plus résistantes aux maladies », estime le président de D’Aucy.