PSA/Fiat-Chrysler : Le conseil de surveillance de PSA approuve l'accord de fusion

AUTOMOBILE Ce protocole d'accord ouvre la voie à une fusion entre les deux constructeurs où les actionnaires des deux groupes se partageraient à 50/50 le capital

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration de PSA.
Illustration de PSA. — Michel Spingler/AP/SIPA

Un pas de plus vers la fusion; Le conseil de surveillance du constructeur automobile français PSA a approuvé mardi l'accord de fusion avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Ce protocole d'accord ouvre la voie à une fusion entre les deux constructeurs où les actionnaires des deux groupes se partageraient à 50/50 le capital, au terme de diverses opérations financières, pour former un nouveau géant mondial de l'automobile, sans fermeture d'usine selon eux. 

Un conseil d'administration de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) était organisé en soirée, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier en Italie. Contacté par l'AFP, le groupe PSA n'a pas voulu commenter cette information.

L'Etat français s'était déclaré favorable

L'Etat français, qui s'était opposé à une fusion de Renault avec Fiat sans l'accord de Nissan, s'était déclaré favorable à un tel rapprochement entre PSA et FCA qui permettrait de réaliser les investissements nécessaires à l'avènement de la voiture électrique et du véhicule autonome, qui se chiffrent en dizaines de milliards d'euros.

La nouvelle entité de plus de 400.000 salariés deviendrait le numéro quatre mondial du secteur, avec 8,7 millions de véhicules vendus sous les marques Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, DS, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot et Vauxhall. La famille Peugeot avait donné son feu vert lundi à ce rapprochement.