CES Las Vegas 2020 : Un fauteuil médical connecté pour faciliter la vie des médecins

START-UP Le salon de l’électronique Consumer Electronics Show, qui se tient à Las Vegas du 7 au 10 janvier, accueille, cette année encore, de nombreuses entreprises françaises. Parmi elles, la start-up Hygia et son fauteuil médical connecté

Béatrice Colin

— 

Le fauteuil médical connecté mis au point par la start-up de Blagnac Hygia sera présenté au CES de Las Vegas en janvier 2020.
Le fauteuil médical connecté mis au point par la start-up de Blagnac Hygia sera présenté au CES de Las Vegas en janvier 2020. — B. Colin / 20 Minutes
  • La start-up Hygia, installée au nord-est de Toulouse, est l’une des 16 start-up d’Occitanie sélectionnées par la région pour le CES 2020 à Las Vegas.
  • Elle a mis au point une application qui permet d’avoir l’ensemble de ses données médicales sous la main et de préparer sa visite chez le médecin.
  • Elle est associée à un fauteuil connecté qui permet de prendre les constantes et éviter de la perte de temps aux médecins, qui en ont de moins en moins.

En moyenne, les Français vont voir leur médecin généraliste cinq fois par an. Au milieu d’une horde d’autres malades aux pathologies parfois très différentes, ils patientent parfois des heures dans une salle d’attente pour un rendez-vous qui durera de 15 à 16 minutes. Et la moitié de ce temps portera vraiment sur le problème médical. Partant de ce constant, les fondateurs d'Hygia, une jeune start-up de Blagnac, au nord-est de Toulouse, s’est interrogée sur la meilleure façon d’améliorer le temps de prise en charge du patient. Surtout lorsque l’on sait que ces dernières années, le nombre de médecins a chuté de 10 % alors que la population a augmenté de 10 %.

Pour résoudre cette épineuse équation, ses ingénieurs et créateurs de logiciel ont mis au point deux outils complémentaires : une application et un fauteuil médical connecté, présentés lors du CES 2020 de Las Vegas.

« Sur l’application Hygia Care on peut anticiper sa visite chez le médecin en répondant à une série de questions et rentrant les symptômes que l’on a. Cela permet de gagner du temps et d’en donner plus au médecin pour le soin. C’est aussi un moyen de rendre le patient plus acteur de sa santé », explique Pierre-Jean Brousset, PDG de Eole Consulting, à l’origine d’Hygia.

Gain de temps, réponse aux déserts médicaux

Autant de données qui sont conservées et protégées, et que seul le patient pourra rendre accessible au professionnel de santé. Il pourra aussi y rentrer ses informations comme la date de ses dernières opérations, les résultats de ses dernières analyses de sang et avoir une piqûre de rappel en cas de retard dans ses vaccinations.

Ce carnet de santé interactif, le médecin généraliste pour l’avoir sous les yeux en un clic et il pourra s’interfacer à terme avec le dossier médical partagé mis en place par la Sécurité sociale. Autant d’informations qui seront combinées à celles réalisées par le fauteuil Hygia Pulse. Ce dispositif fabriqué en Occitanie et dont la certification est en cours, a vocation à être installé dans les salles d’attente des cabinets médicaux ou encore dans les pharmacies.

En moins de cinq minutes, il permet au patient de prendre lui-même sa tension, sa température, son rythme cardiaque, d’avoir sa saturation en oxygène et de connaître son poids. Des mesures que le praticien validera, mais qu’il ne perdra plus de temps à faire lui-même.

« Ça n’a pas vocation à se substituer au médecin, c’est jumelé à la visite. En pharmacie, cela permettra de faire du suivi médical, de voir s’il faut consulter rapidement un médecin en vérifiant les constantes », assure Florian Chuit, directeur marketing et ventes de la start-up.

Le fauteuil connecté de la start-up blagnacaise Hygia sera présentée au CES Las Vegas 2020.
Le fauteuil connecté de la start-up blagnacaise Hygia sera présentée au CES Las Vegas 2020. - Hygia

Une solution qui pourrait répondre à l’extension des déserts médicaux. L’objectif est d’équiper d’ici à 2025, 15.000 personnels de santé, du médecin généraliste à la maison de retraite en fauteuil connecté, pour des mensualités allant de 110 à 120 euros par mois. Le patient n’aurait lui rien à débourser pour pouvoir utiliser l’application.