Réforme des retraites : Comment booster l’emploi des seniors en France ?

SOCIAL Alors qu’il faudra travailler plus tard pour bénéficier d’une retraite à taux plein, les plus de 50 ans peinent à garder leur boulot ou à en trouver un

Delphine Bancaud

— 

Un senior au chômage.
Un senior au chômage. — Pixabay
  • Avec la création d’un âge pivot fixé à 64 ans en 2027, la réforme des retraites a remis sur la table la question de l’emploi des seniors. Or, le taux d’emploi des 55-64 ans était de 52,3 % en 2019.
  • Pour l’améliorer, les entreprises développent des politiques de ressources humaines afin de mieux accompagner les secondes parties de carrière.
  • Des mesures émanant des pouvoirs publics pour inciter les entreprises à davantage recruter les plus de 50 ans devraient aussi être déployées. Un rapport sur le sujet, confié à Sophie Bellon, présidente du conseil d’administration de Sodexho, sera remis au gouvernement en janvier.

Travailler plus longtemps, d’accord. Mais encore faut-il en avoir un, de job. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce mardi la création d’un âge pivot fixé à 64 ans en 2027 pour les retraites. En deçà de cet âge, il serait possible de partir mais en gagnant moins (décote), et après 64 ans, de prolonger et de gagner plus (surcote). Problème : le taux d’emploi des seniors n’est pas mirobolant en France. Selon un rapport de la Cour des comptes publié en octobre, il était de 52,3 % en 2019 pour les 55-64 ans. Et les disparités sont grandes selon les âges, car le taux d’emploi des 55-59 ans est de 72 % quand celui des 60-64 ans est de 31 %.

Un triste état de lieux qui s’explique d’abord par l’attitude des entreprises à l’égard des seniors. « Beaucoup d’entreprises ne se préoccupent pas réellement des secondes parties de carrière et n’offrent plus de perspectives professionnelles à partir de 50 ans », constate Frédéric Guzy, directeur général d’Entreprise & Personnel, organe de conseil en ressources humaines pour les entreprises. Pire, certaines entreprises préfèrent même s’en séparer : «Les ruptures conventionnelles pour les salariés à deux ou trois ans de la retraite sont utilisées de manière sauvage comme préretraite. Elles représentent pour ces salariés 25 % des fins de CDI, contre 16 % pour l’ensemble des salariés », constate Jean-Paul Domergue, administrateur à l’association Solidarités nouvelles face au chômage.

« Les recruteurs ont une approche négative à leur égard »

Autre souci : les quinquagénaires ont un mal fou à se faire embaucher. « Les grilles salariales prévoient que l’on progresse avec l’ancienneté. Ce qui aboutit à ce qu’un salarié senior coûte cher. Or, certains salariés qui ont la même productivité coûtent moins cher », analyse Eric Heyer, directeur du département Analyse et prévision de l’OFCE. Mais ce ne sont pas les seules réticences des entreprises. « Les recruteurs ont une approche négative à l’égard des seniors. Ils les trouvent résistants au changement, difficiles à manager et à intégrer à une équipe plus jeune. Ce qui est faux car ils sont capables de concessions, sont prêts à se former et à baisser leur salaire pour trouver un emploi », soutient Jean-Paul Domergue.

Depuis une quinzaine d’années, les gouvernements successifs ont tenté de mettre quelques coups de sparadrap sur cette plaie en instaurant des plans seniors, un CDD senior, le contrat de génération, la taxe contre les licenciements des plus de 50 ans, la suppression progressive de la dispense de recherche d’emploi, la mise en place d’un contrat de professionnalisation pour les plus de 45 ans… « Mais ces différentes mesures n’ont pas permis de booster très efficacement l’emploi des seniors, parce qu’elles étaient trop complexes ou pas assez incitatives pour les entreprises », souligne Eric Heyer.

Améliorer leur employabilité en continuant à les former

Si la situation de nos têtes blanches sur le marché du travail est grave, elle est loin d’être désespérée. Car des leviers pour aider les entreprises à conserver leurs seniors n’ont pas été suffisamment actionnés. « L’enjeu est de maintenir l’employabilité des plus de 50 ans et de booster leur productivité », résume Eric Heyer. « Il faut systématiser les entretiens de deuxième partie de carrière où l’on va interroger le senior sur ses souhaits d’évolution et où l’on va adapter ses compétences aux besoins des entreprises », indique Frédéric Guzy. Les seniors ayant tendance à peu utiliser leur compte personnel de formation , car ils ne se projettent pas toujours vers de nouveaux horizons, « l’idée de créer pour eux une obligation de formation, comme c’est le cas dans certains pays nordiques, est à étudier », poursuit-il.

« Il faut leur offrir une évolution professionnelle, mais pas forcément ascendante. En utilisant leurs atouts (autonomie, bonne gestion des relations humaines, expérience…) pour leur confier de nouvelles missions ou leur faire mentorer des plus jeunes », suggère aussi Jean-Paul Domergue. Mais le mentorat peut fonctionner dans les deux sens, indique Frédéric Guzy : « Certaines entreprises ont mis en place le mentorat inversé. Ce sont alors les jeunes qui initient les plus âgés à certaines avancées technologiques, à une approche plus à jour des pratiques professionnelles… » indique-t-il.

Un « index » pour l’emploi des seniors ?

Pour améliorer l’employabilité de leurs salariés plus âgés, il est aussi impératif que les entreprises adoptent une culture de la prévention pour prendre en compte les contraintes physiques pesant sur certains métiers, afin de mieux anticiper leurs effets sur la santé. « Cela permettrait de prévoir des aménagements de poste ou à certains salariés, de changer de métier », insiste Jean-Paul Domergue.

De son côté, l’Association nationale des DRH (ANDRH) suggère la création d’un index pour l’emploi des seniors, afin que les entreprises affichent leur effectif, le taux de ceux qui sont formés, les recrutements des plus de 45 ans et les taux de départs à la retraite après l’âge légal… « Les RH peuvent y voir une contrainte administrative supplémentaire, mais l’index senior peut déclencher une prise de conscience », explique Jean-Paul Charlez, le président de l’association au Monde. Dans son  rapport, la Cour des Comptes recommande aussi d’inscrire l’emploi des seniors comme un volet obligatoire de la négociation sur la gestion prévisionnelle des emplois et des parcours professionnels.

Casser les préjugés des recruteurs, un impératif

Reste à trouver des solutions pour les seniors demandeurs d'emplois. « Si l’on fait baisser le chômage, cela créera de l’emploi. Les seniors ne seront pas les premiers à en bénéficier, mais ils en profiteront à un moment », indique Eric Heyer. En attendant, pour que les entreprises soient moins réticentes à les recruter, une des idées serait « de baisser le coût du travail pour l’embauche d’un senior, via des allégements de charges proposées aux entreprises », indique Eric Heyer. A condition « de les coupler avec des mesures d’accompagnement (formation, tutorat…) », insiste Frédéric Guzy. Une idée préconisée aussi par la Cour des Comptes dans un récent rapport qui suggérait « d’expérimenter une aide à l’employeur pour les CDD seniors ».

Autre objectif : casser les préjugés des recruteurs envers les tempes grisonnantes. Notamment en utilisant des pratiques de recrutement non disciminantes. « Il faut aussi sensibiliser les managers opérationnels à la lutte contre les stéréotypes envers les seniors », insiste Jean-Paul Domergue « Il faut un vrai positionnement des directions générales sur cette question, pour inciter les managers à changer de regard », complète Frédéric Guzy.

Un rapport sur le sujet en janvier

Autre levier : « Faire en sorte que Pole emploi forme davantage les chômeurs seniors à des métiers en tension, car selon la Darès, ce sont les formations qui ont le meilleur taux de retour à l’emploi », observe Éric Heyer. L’association Solidarités nouvelles face au chômage prône aussi la simplification du mécanisme de « retraite progressive », pour permettre à un senior de travailler par exemple à mi-temps, tout en continuant de cotiser à la retraite.

A coup sûr, certaines de ces idées seront reprises dans le rapport confié par Edouard Philippe à Sophie Bellon, présidente du conseil d’administration de Sodexo, sur l’emploi des séniors, qui sera remis en janvier.