Allemagne : Perquisitions chez Volkswagen dans l’affaire du « dieselgate »

AUTOMOBILE Le scandale, qui hante l’industrie automobile depuis quatre ans, a coûté à VW plus de 30 milliards d’euros en frais juridiques, amendes et dédommagements

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de Volkswagen lors d'un salon à San Francisco (illustration).
Le logo de Volkswagen lors d'un salon à San Francisco (illustration). — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Des procureurs allemands ont perquisitionné mardi des bureaux du géant automobile Volkswagen à Wolfsbourg, dans le cadre de l’enquête au sujet du scandale des moteurs truqués, le « dieselgate », a déclaré le groupe, ajoutant qu’il coopérait pleinement avec les autorités.

« Le parquet de Braunschweig a exécuté un mandat de perquisition dans le cadre d’enquêtes…. Concernant des véhicules diesel », a déclaré le porte-parole de VW, Nicolai Laude. Le porte-parole du parquet, Hans Christian Wolters, a confirmé qu’une perquisition avait eu lieu chez VW mais a refusé de fournir plus de détail, mettant en avant l’enquête en cours.

Le scandale a coûté plus de 30 milliards d’euros à Volkswagen

Le porte-parole de VW a déclaré que l’investigation était liée au moteur EA 288. La plupart des 11 millions de voitures que VW a reconnu en 2015 être munies de logiciels truqueurs étaient équipées du modèle précédent, le EA 189. Ces logiciels faisaient paraître le véhicule moins polluant qu’il ne l’était en réalité. VW « estime que l’avis juridique du ministère public et les enquêtes qui en ont résulté ne sont pas fondées » en ce qui concerne l’EA 288, a déclaré son porte-parole.

Il a souligné qu’une enquête menée par l’autorité allemande des transports KBA en 2016 n’avait révélé aucune preuve de l’intégration de dispositifs trompeurs dans le modèle EA 288. Néanmoins, « Volkswagen a dévoilé, dès le départ et de manière proactive, les éléments techniques qui sous-tendent les allégations aux autorités responsables de l’enquête », a-t-il ajouté.

Le « dieselgate », qui hante l’industrie automobile depuis quatre ans, a coûté à VW plus de 30 milliards d’euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, principalement aux Etats-Unis. Le scandale a également accéléré le déclin du diesel et incité l’industrie automobile à se lancer dans une transition sans précédent vers l’électrique.