Amazon : Praticité, pouvoir d’achat et bonne conscience… Le rapport conflictuel de nos internautes avec la marque

VOUS TEMOIGNEZ Le géant américain est très critiqué... Mais il est parfois difficile de s'en passer 

Pierre Cloix

— 

L'entrepôt d'Amazon Logistics France en région parisienne recouvre une surface de 13 000 m2
L'entrepôt d'Amazon Logistics France en région parisienne recouvre une surface de 13 000 m2 — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • A l’approche de Noël, les ventes en ligne vont se multiplier.
  • Un rapport a mis en lumière l’impact social et environnemental d’Amazon.
  • Nous avons demandé à nos internautes s’ils comptaient tout de même commander en ligne.

Les fêtes de Noël approchent, et il va bien falloir se pencher sérieusement sur les cadeaux de belle-maman, de son conjoint ou du petit dernier. Et quand il s’agit de paqueter et empaqueter, Amazon tire toute la couverture (ou presque) à lui.

Sous le feu des critiques après une nouvelle enquête qui dénonce son impact social et environnemental, le géant de la distribution est sous le coup d’appels au boycott. Selon des associations, « Le monde selon Amazon n’est pas viable ». Pour autant, lorsqu’il s’agit de leur quotidien, certains de nos internautes sont bien plus pragmatiques.

Zones rurales et pouvoir d’achat

A titre individuel, Marine affirme : « Je comprends parfaitement que l’aspect écologique, les conditions de travail ou encore la fiscalité d’Amazon puissent rebuter certaines personnes. Mais il faut aussi être honnête, aucune autre enseigne ne peut rivaliser en termes de prix et de quantité de produits mis en vente. Privilégier les petits commerçants est tout à fait louable, mais il faut aussi avoir l’argent et également le temps de se rendre dans les magasins pour faire ses achats. » Ce ratio temps/argent, elle n’est d’ailleurs pas la seule à le mettre en exergue. Clément souligne : « Le prix compte pour les cadeaux de Noël, surtout sur les jeux vidéo et l’électronique où les magasins de type Boulanger ou Fnac se gavent sur les prix. »

Pour d’autres, la praticité d’Amazon fait pencher la balance, surtout lorsque l’on est éloigné des commerces. Vanessa explique : « Habitant en zone rurale, je ne peux pas me passer d’Amazon. On ne trouve pas tout par chez nous, et au prix de l’essence je ne vais pas faire 1h30 de route pour trouver un jouet. » Un avis qu’Alain, un autre internaute, partage : « Le premier libraire est à 30 kilomètres de chez moi et le premier d’appareils ménager à 80 kilomètres… Et je ne trouve pas ce que je cherche ! Amazon est une bénédiction pour les zones rurales. »

« Je n’achète jamais sur Amazon, c’est une promesse que je me suis faite »

Toutefois, pour certains d’entre vous, trop, c’est trop. Jacqueline, par exemple, a atteint un point de rupture : « Après un reportage sur Amazon à la télévision, et la destruction d’invendus neufs, je ne commande plus. Je ne supporte pas ces procédés et l’étranglement financier de beaucoup de petits producteurs ou magasins. Oui je vais acheter dans les magasins, quitte à perdre du temps. » Vous êtes également nombreux à avoir dénoncé le volet fiscal du géant américain : « Je les boycotte comme Starbucks et compagnie qui ne payent les impôts en France et font travailler les employés dans des conditions difficiles. Je préfère acheter sur les sites en ligne d’entreprises françaises et chez mes petits commerçants locaux. »

L’humain, aussi, est un aspect qui tient à cœur à certains d’entre vous : « Je n’achèterai jamais sur Amazon ou Cdiscount parce que j’ai du plaisir à aller chez les commerçants. J’aime le contact, toucher et voir les produits », explique Corinne. Elle est rejointe par Christelle : « Je n’achète jamais sur Amazon, c’est une promesse que je me suis faite. Pour Noël j’irai dans les magasins situés en ville. Sortons nous balader dans nos commerces et gardons une relation directe avec eux ! »

Pour ou contre, chacun devra faire ses cadeaux à l’approche des fêtes et Cyrielle, l’une de nos lectrices, résume à la perfection votre rapport à la livraison : « Cela fait partie des choses que chacun doit négocier avec sa conscience. »