Fiscalité : Qui sont les gagnants et les perdants des réformes Macron de 2018 ?

ARGENT Selon l’étude de l’Insee publiée ce mardi, le niveau de vie des Français a en théorie augmenté en moyenne de 1.1 %

Romarik Le Dourneuf

— 

Emmanuel Macron et le gouvernement pendant un Conseil des ministres.
Emmanuel Macron et le gouvernement pendant un Conseil des ministres. — Jacques Wiit
  • L’Insee a présenté, ce mardi, une étude qui permet de connaître les impacts concrets des réformes fiscales de l’année 2018 sur le niveau de vie des Français.
  • En simulant une application simultanée de toutes les mesures de l’année, il est possible de comparer leurs effets sur différentes parties de la population.
  • Il en ressort que plus les personnes sont aisées, plus les réformes sont profitables.

« Le président des riches », un surnom qui pourrait encore coller à la peau d’Emmanuel Macron. Dans une étude dévoilée ce mardi, l’Insee simule les effets sur le niveau de vie des Français des réformes fiscales faites en 2018 par le gouvernement, si elles étaient toutes entrées en application au 1er janvier. Et ce sont les 10 % des citoyens les plus aisés (+ 790 euros par an) qui en ont bénéficié. Les plus modestes (+130 euros) et les classes intermédiaires (+ 210 euros) sont à la traîne.

L’étude montre également que les actifs occupés (+ 255 euros) sortent gagnants des mesures du gouvernement, à l’opposé des retraités (+ 105 euros), qui prennent de plein fouet la bascule des cotisations sociales sur la CSG. En moyenne, les réformes sur les prélèvements directs et sur les prestations sociales permettent une élévation moyenne du niveau de vie des Français de 1.1 %. Des évolutions toutefois altérées (à +0.7 %) par la hausse des prélèvements indirects (le tabac et la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques [TICPE]), dont les montants sont communs à tous.

Les ménages les plus modestes à la traîne

Selon l’étude de l’Insee, les mesures entrées en application l’année dernière devraient permettre un gain de 130 euros par an pour les 10 % des Françaises et Français les plus modestes. Cela représente une hausse de leur niveau de vie de 1.4 % par rapport au revenu qui serait le leur sans ces réformes. Ils ont principalement bénéficié du nouveau chèque énergie en mars, de la réforme de la prime d’activité en octobre, et des revalorisations exceptionnelles de l’Aspa en avril et de l’allocation aux adultes handicapés en novembre. Les 20 % les plus modestes sont les seuls à bénéficier de la hausse des prestations sociales en 2018. « La part des prestations sociales est importante dans leurs revenus. Une hausse de celles-ci impacte forcément leur niveau de vie », abonde Guillaume Allègre, économiste à l’OFCE.

A l’inverse, ces mêmes 20 % ont été fortement impactés par le gel du barème des aides au logement.

Dans l’ensemble, en prenant aussi en compte les prélèvements indirects (tabac et TICPE), les personnes les plus modestes voient les mesures de 2018 améliorer leur niveau de vie de 40 à 50 euros sur l’année, estime l’Insee.

Les classes intermédiaires parmi les grands perdants

Les classes intermédiaires voient les réformes fiscales augmenter leur niveau de vie de seulement 0.9 % sur l’année 2018. Une hausse, certes, mais bien inférieure aux autres catégories. Si une partie d’entre eux a également bénéficié de la réforme de la prime d’activité, la timide amélioration de leur condition fiscale est surtout due au dégrèvement de 30 % de la taxe d’habitation.

Peu avantagés par les hausses de prestations sociales, ils sont nettement perdants sur la baisse des plafonds de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje), qui concerne les enfants nés à partir du 1er avril 2018. Guillaume Allègre prédit : « On devrait voir [pour eux] un changement en 2019 avec les réformes favorables aux “gilets jaunes”. » Puisque selon l’économiste, de nombreux membres du mouvement font partie de cette catégorie.

Les plus aisés, grands gagnants des réformes fiscales

L’Insee est très clair sur ce point : « La hausse du revenu disponible est principalement liée aux réformes sur les prélèvements directs, très favorables au 10 % de personnes les plus aisées. » Peu concernés par les prestations sociales, ils ont bénéficié de la transformation de l’ISF en IFI et de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU), ce qui explique que la hausse du niveau de vie de ces Français les mieux lotis soit davantage marquée (pour rappel : + 790 euros par an) que pour le reste de la population. Elle est de 1,4 %. Or, « une telle augmentation sur des revenus bien supérieurs aux autres classes confère un gain en euros bien plus important », conclue Guillaume Allègre.






 

L'étude de l'Insee prend en compte toutes les réformes de l'année 2018. En simulant leur mise en application au 1er janvier de l'année, elle permet de connaître leur impact réel sur le niveau de vie de différents déciles de revenus. Les personnes prises en compte pour l'étude sont toutes celles qui travaillent ou ont au moins travaillé une fois.