Nice : Les commerçants signent une « charte de bonne conduite » pour limiter les débordements

BONS ÉLÈVES Le texte, qui a nécessité un an de concertation, réglemente notamment les demandes d’installation de terrasse

Jonathan Hauvel

— 

A Nice, un passage de 1,5 m doit être laissé sur le trottoir entre la terrasse et la chaussée.
A Nice, un passage de 1,5 m doit être laissé sur le trottoir entre la terrasse et la chaussée. — M. Frénois / ANP / 20 Minutes

Ordures des restaurants déposées en vrac sur le trottoir, sonorisations des bars qui crachent leurs décibels au cœur de la nuit, terrasses de certains cafetiers un peu trop gourmandes en espace public… « Il y a toujours des brebis galeuses. La charte est là pour rappeler les devoirs et les obligations. » Comme ses collègues, Noël Ajoury, le vice-président de l’Union patronale des cafetiers restaurateurs Nice-Côte d’Azur, se réjouit.

Pour lutter contre ces incivilités et préserver l’image de Nice auprès des riverains et des touristes, la ville et les commerçants ont signé une « Charte de bonne conduite pour la préservation et le développement de l’offre touristique et le respect de la vie nocturne ».

Soigner l’image de carte postale

« Quand je dis bonne conduite, cela suppose qu’il existe de mauvaises conduites. Je ne suis pas là pour donner des leçons mais vous ne devez pas laisser abîmer votre image par ceux qui ne sont pas respectueux de votre métier et de la manière dont vous l’exercez », a entamé le maire LR Christian Estrosi.

Le texte prévoit notamment l’harmonisation des mobiliers de terrasse, à l’image de ce qui a déjà été réalisé pour les parasols des plages de la Promenade des Anglais. « Avant, il y en avait de différentes marques et de toutes les couleurs : des jaunes, des verts, des rouges, de tous les dégradés de bleu possibles, dépeint l’édile. Aujourd’hui, tous sont blancs et bleus. »

Une autorisation attribuée dans le mois

Pour obtenir leur autorisation d’occupation de l’espace public, les commerçants doivent joindre une série de documents réglementaires. Parmi eux, « un plan précis de l’installation projetée avec mention du lieu concerné sans équivoque, des dimensions sollicitées et du nombre de tables souhaité », « la photographie de la devanture », mais aussi « une photo des toilettes » et « une photo de la salle de restauration à l’intérieur de l’établissement ».

En contrepartie, la mairie, elle, s’engage à délivrer l’autorisation dans un délai d’un mois. Celle-ci est accordée pour une durée de quatre ans et est transmissible à un repreneur.

Création d’une nouvelle commission consultative

Afin de veiller au bon respect de la charte, une « commission de suivi » a été créée. Uniquement consultative, celle-ci est le nouvel organe de discussion entre la Ville et les professionnels. La commission a également pour but de faire évoluer la charte en fonction des retours.

Quelques minutes après la signature, Claude Galera, président d’honneur de l’association des commerçants Nice Centre Rive droite, s’est réjoui de la concrétisation du projet dont il est à l’initiative : « Il y a dix ans, notre tentative avait échoué. Désormais, l’essentiel des problématiques est réglé. Il ne reste plus que quelques détails à peaufiner. »