Êtes-vous favorable à une généralisation du « Franco-score » d’Intermarché, qui donne le pourcentage d’ingrédients français d’un produit ?

VOTRE AVIS Le groupe Intermarché veut mettre son outil à disposition des autres distributeurs, pour le généraliser

Romarik Le Dourneuf

— 

Exemples de Franco-scores
Exemples de Franco-scores — Intermarché

« En moyenne, je mange à 62 % français. » Ce type de phrase peut paraître étonnant aujourd’hui. Pourtant, le « Franco-score » d’Intermarché pourrait nous y habituer.

Présenté la semaine dernière par le groupe Les Mousquetaires, cet étiquetage, qui prend la forme d’une jauge graduée, a vocation à renseigner le consommateur sur le pourcentage d’ingrédients français présents dans un produit. Le lieu de transformation sera également indiqué à l’aide d’une petite carte de France sur l’emballage. Le « Franco-score » devrait faire son apparition au cours du premier semestre 2020 avec, en parallèle, une application permettant de connaître l’origine des ingrédients « étrangers » du produit.

Etendre le concept

Dans un premier temps, le groupe Les Mousquetaires compte appliquer ce marquage aux produits laitiers et de charcuterie de ses propres marques. Mais il a aussi déclaré, par la voix de son président Thierry Cotillard, vouloir étendre cette initiative. Pour cela, il entend laisser le codage de son application en open source, afin d’encourager les marques et les autres distributeurs à utiliser cet outil pour afficher, eux aussi, le Franco-score sur leurs produits.

Et vous, seriez-vous favorable à la généralisation d’un tel outil pour les produits alimentaires ? Pourrait-il influencer vos achats ? Ou le choix de votre magasin ? Avec la multiplicité des labels et certifications, feriez-vous confiance à un tel étiquetage ?