Jardinage : Les frais liés à des « petits travaux » sont déductibles des impôts

MAIN VERTE Le crédit d'impôt est de 50 % sur les sommes versées, avec un plafond de 5.000 euros

Agence pour 20 Minutes

— 

Si le jardinage est un plaisir pour certains, c'est aussi une corvée pour d'autres. Heureusement, les petits travaux de jardin sont éligibles à un crédit d'impôts de 50 %.
Si le jardinage est un plaisir pour certains, c'est aussi une corvée pour d'autres. Heureusement, les petits travaux de jardin sont éligibles à un crédit d'impôts de 50 %. — IStock/City Presse

Éligibles à un abattement fiscal de 50 %, les « petits travaux de jardinage » réalisés par un organisme de services à la personne (OSP) permettent aux particuliers de diviser le coût d’entretien de leur jardin par deux. Une façon avantageuse de confier ses espaces extérieurs à un vrai professionnel.

Quels types de travaux de jardinage entrent dans le cadre des services à la personne ?

Comptant parmi la liste des 26 activités de services à la personne (SAP), définie par l’article D.7 231-1 du Code du travail, les « petits travaux de jardinage » comprennent la plupart des travaux d’entretien courant du jardin et du potager. Il est possible de faire appel aux prestations d’un professionnel des services à la personne pour bon nombre d’opérations fastidieuses et chronophages telles que la tonte de sa pelouse, la taille des haies et des arbres, le débroussaillage, la cueillette des fruits et légumes destinés à sa consommation personnelle ainsi que l’enlèvement des déchets occasionnés par toutes ces activités. Sont en revanche exclus du dispositif tous les autres travaux agricoles et forestiers (élagage, terrassement…), les activités commerciales (vente de plantes ou de matériel), la conception de parcs paysagers et sa réalisation.

En hiver, le déneigement des abords immédiats de son domicile est lui aussi éligible à un abattement fiscal de 50 % dans le cadre des « petits travaux de jardinage ».

Quel type de prestataire peut réaliser ces travaux ?

En tant que particulier, trois types de prestataires peuvent intervenir dans le cadre des services à la personne pour prendre soin d’un jardin. En faisant appel à un jardinier agréé SAP, le particulier devient un employeur. Dans ce cas, c’est lui qui le rémunère directement grâce au dispositif du chèque emploi service universel (Cesu). Il doit également mettre à sa disposition l’outillage utilisé pour réaliser les travaux.

S’il ne souhaite pas s’embarrasser de démarches administratives, il a la possibilité de confier l’entretien de son jardin à une entreprise ou à une association prestataire agréée qui lui facturera ses prestations. Un de ses salariés, ce qui libère par la même occasion de toute gestion administrative. Dans ce cadre, c’est également au prestataire de services que revient la charge de mettre à disposition de ses salariés l’outillage utilisé.

À mi-chemin entre ces deux solutions, il existe des organismes mandataires qui se chargent de sélectionner et de gérer l’intervenant qui effectuera la prestation à domicile. Le bénéficiaire reste l’employeur particulier, mais il est libéré de toutes les démarches attenantes, depuis le recrutement et l’embauche jusqu’au versement des salaires.

De quel avantage fiscal vais-je bénéficier ?

Que l’on soit employeur particulier ou client d’une entreprise prestataire, les « petits travaux de jardinage » permettent de bénéficier d’un crédit d'impôt sur le revenu de 50 % sur l’ensemble des sommes versées au titre des services à la personne. Attention, ce crédit est soumis à un plafond de dépenses de 5.000 euros par an et par foyer fiscal. Au-delà, l’avantage ne s’applique pas.

Chaque année, le particulier doit reporter la somme de dépenses engagées par l’emploi de son salarié à domicile ou versées à l’organisme prestataire sur le formulaire n° 2042 RICI de la déclaration de revenus. Le montant du crédit d'impôt sera alors calculé par l’administration fiscale et apparaîtra sur l’avis d’imposition.