La Suisse montrée du doigt... Le Liechtenstein sur la voie de la rédemption

CRISE Toutes les infos utiles ou insolites sur la crise financière et économique...

La rédaction de 20minutes.fr

— 

Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy a appelé mardi à la création d'un "gouvernement économique clairement identifié" dans la zone euro, travaillant aux côtés de la BCE, à la lumière de la crise financière.
Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy a appelé mardi à la création d'un "gouvernement économique clairement identifié" dans la zone euro, travaillant aux côtés de la BCE, à la lumière de la crise financière. — Dominique Faget AFP

Les suites de l'affaire DSK au Fonds monétaire international, la fin (ou pas) de la volatilité des Bourses après un lundi bleu ciel, les nouvelles annonces de nationalisations, voire la fin du capitalisme mondial (qui sait?)...

Retrouvez ici les derniers développements de la crise financière comme ses conséquences les plus insolites.

19h20: Le
Liechtenstein en voie de moralisation

Si la Suisse fait figure de mauvais élève, le Liechtenstein a recueilli un bon point. Le pays, au centre d'un scandale de fraude fiscale qui a touché toute l'Europe au début de l'année, a indiqué mardi être proche d'un accord avec l'Union européenne qui pourrait être conclu dans les prochaines semaines.

18h30: Paradis fiscaux, la Suisse montrée du doigt
Dix-sept pays occidentaux réunis à Paris à l'initiative de la France et de l'Allemagne ont cherché à relancer mardi l'offensive contre les paradis fiscaux, Berlin demandant même l'inscription de la Suisse sur la «liste noire» de l'OCDE. Alors que la crise a suscité une demande de moralisation du système financier, les participants ont pressé l'OCDE de «réactualiser» d'ici à mi-2009 cette liste noire des pays «non-coopératifs» en matière fiscale et judiciaire. Vidée de sa substance au fil des années, elle ne compte plus que Andorre, Monaco et le Liechtenstein.

18h: L'Argentine aussi sévèrement touchée par la crise
La présidente argentine Cristina Kirchner devrait annoncer aujourd'hui la nationalisation du système privé de retraites, justifiée, selon le gouvernement, par la baisse de rentabilité de ces fonds en raison de la crise financière internationale. L'indice Merval de la Bourse de Buenos Aires a plongé de 10,69% à 1.050,15 points en séance, en réaction négative au projet gouvernemental.

17h50: Le yo-yo de la Bourse de Paris se termine par une légère hausse
La Bourse de Paris a terminé sur une hausse, le CAC 40 prenant 0,78% et résistant mieux que les autres places européennes, dans un marché fragile porté par l'envolée des valeurs bancaires. La séance fût, comme souvent ces derniers temps, quelque peu chaotique qui l'a vu évoluer en nette hausse jusqu'à la mi-journée, avant de passer brièvement dans le rouge peu après 15 heures.

17h30: Un délit d'initiés dans une banque norvégienne?

Le régulateur norvégien des services financiers a déclaré qu'il enquêtait sur un possible délit d'initiés après la révélation de transactions suspectes de la principale banque du pays DnB NOR, une affaire qui pourrait impliquer le Premier ministre Jens Stoltenberg. Les 9 et 10 octobre, juste avant la présentation le 12 octobre par Oslo d'un plan de sauvetage du secteur bancaire prévoyant l'émission d'obligations d'Etat pour jusqu'à 350 milliards de couronnes (41 milliards d'euros), DnB NOR avait procédé à des ventes inhabituellement massives de titres de ce genre.

16h30: L'Europe, aussi, a le droit a ses fonds souverains
Nicolas Sarkozy se prononce en faveur de la création en Europe de fonds souverains, pour protéger de prédateurs étrangers les entreprises stratégiques fragilisées par la crise financière. «Je demande qu'on réfléchisse à l'opportunité de créer chacun d'entre nous des fonds souverains, et peut-être qu'ils pourraient se coordonner pour apporter une réponse industrielle à la crise», a-t-il souligné devant le Parlement européen à Strasbourg.

16h: Lula aime bien la crise... si elle peut faire élire Obama
Le président brésilien Lula affirme que l'un des bénéfices de la crise financière internationale serait l'élection de Barack Obama: «Cette crise, parmi les bénéfices qu'elle provoquera, va faire élire Obama comme président des Etats-Unis, va aider à élire un noir, ce qui n'est pas peu de choses».

15h06: Le Cac repasse dans le rouge

Après une belle matinée, la Bourse de Paris se replie, l'indice CAC 40 cédant 0,23% à 3.440,54 points dans un marché nerveux plombé par les perspectives de récession et par le recul des prix du pétrole.


13h54: L'euro n'est plus le héros
L'euro passe sous 1,32 dollar pour la première fois depuis le 15 mars 2007, en raison des craintes sur la capacité à résister de l'économie européenne à la crise financière et alors qu'un deuxième plan de relance américain soulève les espoirs des cambistes.

13h30: En fait, ce sont 695 millions d'euros de perdus pour la Caisse d'Epargne

L'Ecureuil a fait le compte de ses noisettes évaporées par trois traders début octobre, qui ont parié sur un «rebond de la Bourse» avec l'aval de leur hiérachie (depuis démissionnée). On arrive à la modique somme de 695 millions d'euros. Les traders n'ont pas su «se refaire».

13h00: Neel Kashkari, l'homme qui tombe à pic

On ne résiste pas à l'envie de vous faire découvrir un peu Neel «Ferrari» Kashkari, un ingénieur d'origine indienne de 35 ans chargé de superviser le sauvetage du système bancaire américain par Henry Paulson. L'ancien de Goldman Sachs est salué de façon dithyrambique par le «Figaro»: «Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années.» C'est vrai, après tout, Jérôme Kerviel n'a que 31 ans.

Le site américain Gawker
dévoile la fiche de présentation du jeune Kashkari en dernière année de lycée. Il pose appuyé sur une Ferrari (d'où le surnom) et donne ses citations préférées. Entre du Shakespeare et du Bush père, on trouve du AC/DC: «She was a hit machine / She kept her motor clean / She was the best darn woman that I ever seen» Traduction: «C'est une machine à coups, elle garde son moteur propre, c'est la fille la plus extrême que j'ai jamais vue». Who? Christine Lagarde?

12h30: La crise vous déprime? Et bien dansez.
Un peu de baume au coeur. Le danseur Philippe Priasso nous a offert vendredi dernier un joli récital au London's Dance Umbrella festival, proposant une danse suave avec une pelleteuse de 13 tonnes. Un instant, il cajole et dompte l'immense carcasse, le suivant, il est au bord de la rutpure face à l'écrasante machine. Une mise en abyme de la relation entre le petit épargnant et le gargantuesque système financier? Peut-être. En tout cas, c'est émouvant: allez voir ici.

12h20: Andorre, Monaco et le Liechtenstein paradis épinglés, la Suisse visée
Les pays réunis à Paris à l'initiative de l'Allemagne et de la France ont demandé à l'OCDE de réviser sa «liste noire» des paradis fiscaux non coopératifs d'ici mi-2009, a précisé mardi le ministre français du Budget Eric Woerth. Liste particulièrement étoffée par le passé (une trentaine de pays), mais qui ne comprend plus depuis 2007 que trois nations: Andorre, Monaco et le Liechtenstein. Les derniers refuges pour les traders en cavale.

Et la Suisse, bon dieu, tonne
le ministre allemand des Finances Peer Steinbrück, estimant que l'îlot hélvète mérite d'être inscrit sur la «liste noire» des paradis fiscaux car elle ne coopère pas suffisamment en matière fiscale.

11h20: L'Ecureuil, un obstacle sur la route du TGV argentin
Selon le «Parisien», les déboires de la Caisse d'Epargne risquent de coûter cher au TGV argentin. Au siège d'Alstom, c'est la panade: «Le dossier est gelé». La firme a remporté l'appel d'offres début 2008 pour la création de la ligne Buenos Aires-Cordoba (700km). Sauf que la banque d'affaires qui devait financer le projet s'appelle Natixis. Filiale de la Caisse d'Ep' et des Banques populaires, Natixis est une victime majeure de la crise des subprimes (-75% pour le titre en Bourse depuis janvier...). Natixis devait apporter 1,3 milliard de dollars sous forme d'un prêt de trente ans. Une garantie à mettre au plus que conditionnel désormais...

10h35: Sarkozy atteint des sommets

Depuis le Parlement européen, à Strasbourg, le président français a confié qu'il allait proposer une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE pour préparer les sommets mondiaux sur la «refonte du système financier international.» Il a a appelé également à la création d'un «gouvernement économique clairement identifié» dans la zone euro, travaillant aux côtés de la BCE, à la lumière de la crise financière.

9h30: Charles Milhaud n'est surtout pas un homme d'argent
Les larmes aux yeux, on avait cru sur parole Charles Milhaud, le patron de la Caisse d'Epargne, qui expliquait après sa démission: «Je ne demande aucune indemnité. Ceux qui me connaissent savent aussi que je ne suis pas un homme d'argent». Puis on a appris qu'il avait aprement négocié son départ, pour obtenir plusieurs mois de rab chez l'Ecureuil.

Enfin, on a découvert sa rémunération depuis six ans sur l'excellent blog de Nicolas Cori, spécialiste des questions financières à «Libération. Il nous apprend que «de 2002 à 2007, la rémunération du patron de l'Ecureuil a été multipliée par trois. En dehors de l'année 2003, la progression est régulière, atteignant d'un exercice à l'autre jusqu'à 50%.» Elle est ainsi passée de 514.000 euros en 2002 à 1 584.000 euros en 2007. Milhaud n'est donc pas un homme d'argent. Tu parles, Charles...

9h10: Les Bourses européennes fraîches comme des gardons

La Bourse de Paris grimpe nettement dans les premiers échanges, le CAC 40 gagnant 2,73%, dans un marché dopé par les perspectives de plans de relance économique. Et comme le Dax est gaillard à Francfort ( 0,99%) et le Footsie se lève du bon pied à Londres ( 1,33%), 20minutes.fr songe nettement à se faire coter en Bourse. On plaisante.