Les marchés ont les yeux braqués sur les résultats des entreprises

ECONOMIE Plusieurs grands groupes vont lever le voile sur l'impact de la crise financière sur leurs comptes...

Avec agence

— 

En Europe, le numéro un mondial des réseaux de téléphonie mobile, le suédois Ericsson, a annoncé lundi un bénéfice en baisse de 28% au troisième trimestre.
En Europe, le numéro un mondial des réseaux de téléphonie mobile, le suédois Ericsson, a annoncé lundi un bénéfice en baisse de 28% au troisième trimestre. — Jessica Gow AFP

Il y a eu le plan Paulson. Puis le plan de sauvetage européen. Les yeux des marchés financiers, qui évoluaient dans le vert ce lundi, sont désormais braqués sur les résultats des entreprises attendus en Europe et aux Etats-Unis cette semaine. Et pour cause: ils donneront une idée plus précise de la contagion de la crise financière à l'économie réelle.

Microsoft, Ford, Apple, Boeing, Wachovia, Bank of America, Pfizer, Merck ou encore Texas Instruments annonceront dans les prochains jours leurs résultats trimestriels. Plusieurs grands groupes européens (Crédit Suisse, KPN, Daimler, Saint-Gobain, GlaxoSmithKline, etc.) doivent également publier leurs comptes cette semaine. La saison des résultats commence la semaine prochaine au Japon.

Bonne surprise du côté d'Ericsson

Quelques premiers chiffres sont cependant déjà tombés, avec une bonne surprise en Europe, où le numéro un mondial des réseaux de téléphonie mobile, le suédois Ericsson, a annoncé ce lundi un bénéfice net en baisse de 28% au troisième trimestre, bien meilleur que prévu, et affirmé ne pas avoir souffert des turbulences financières.

Le groupe pharmaceutique suisse Novartis a lui annoncé sur les neuf premiers mois de l'année un bénéfice net en hausse de 19%, à 5 milliards d'euros, malgré un environnement économique décrit comme difficile par son PDG.

En France, les nouvelles sont moins bonnes, certains groupes donnant déjà des signes d'essoufflement. L'action Veolia Environnement plongeait ainsi de 21,80% ce lundi après la révision à la baisse de la progression de la capacité d'autofinancement du groupe.

La Société générale victime de rumeurs?

Le groupe hôtelier Accor a quant à lui revu à la baisse la semaine dernière son estimation de résultat avant impôts pour 2008, en raison d'une détérioration brute de sa visibilité sur l'évolution de l'activité. Le groupe doit expliquer sa stratégie pour regagner les faveurs des investisseurs ce lundi et mardi.

Le titre de la Société générale s'effondrait également ce lundi matin à la Bourse de Paris, des rumeurs de marché faisant état d'une nécessité pour la banque de renforcer ses fonds propres. Contactée par l'AFP, la banque n'a pas souhaité commenter ces rumeurs.