Le complément de libre choix de mode de garde, un coup de pouce pour les enfants

ARGENT La nounou, c’est souvent cher. Pour limiter l’addition, les parents peuvent compter sur le complément de libre choix du mode de garde, qui a été augmenté en 2018

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Le complément de libre choix du mode de garde prend en charge une partie de vos frais de nounou.
Le complément de libre choix du mode de garde prend en charge une partie de vos frais de nounou. — IStock / City Presse

Afin de soutenir les actifs, l’État a mis en place une politique familiale reposant sur la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje), qui se décline en plusieurs dispositifs. Le complément de libre choix de mode de garde (CMG) en fait partie.

Des conditions à respecter

Cette aide financière vise à alléger la facture d’une assistante maternelle agréée, d’une garde à domicile ou d’une micro-crèche pour les enfants de moins de 6 ans. Pour en bénéficier, il faut en faire la demande à la Caisse d'allocations familiales. Attention : depuis mai 2019, les parents qui embauchent directement une nounou doivent également s’inscrire auprès de Pajemploi pour déclarer ses salaires et percevoir le CMG.

Or, en fonction des revenus déclarés, ce coup de pouce peut prendre en charge jusqu’à 85 % du coût de ces prestations, sous réserve, cependant, de respecter certains plafonds. Et justement, ces derniers ont été majorés de 30 % pour les familles monoparentales en octobre 2018.

Le tour des revenus

Il y a plusieurs conditions pour qui veut avoir recours à une assistante maternelle ou à une garde à domicile. La rémunération brute ne doit pas dépasser 50,15 euros par jour et par enfant gardé, en 2019, pour profiter du complément de libre choix du mode de garde. Côté montant, tout dépend du nombre d’enfants à charge, de l’âge du petit à garder et des ressources (trois tranches). En dessous de 20.755 euros de revenu net catégoriel (revenus diminués des charges et abattements fiscaux) du couple et pour un seul enfant à charge, l’enveloppe atteint 468,82 euros pour un bébé de moins de 3 ans et 234,41 euros entre 3 et 6 ans en 2018. Au-delà de ces revenus et jusqu’à 46.123 euros annuels, ces deux montants tombent respectivement à 295,62 euros et 147,83 euros.

À l’inverse, un parent isolé affichant jusqu’à 29.057 euros par an peut prétendre à 609,47 euros d’aide pour son bébé et à 304,74 euros s’il a plus de 3 ans. Par ailleurs, en passant par une association ou une entreprise employant des assistantes maternelles, type micro-crèche, l’enfant doit être gardé au moins 16 heures par mois. Dès lors, les parents ayant un seul enfant à charge et affichant moins de 20.755 euros de revenu net catégoriel ont droit à 709,44 euros de prise en charge pour un enfant de moins de 3 ans et à 354,72 euros jusqu’à 6 ans en 2019. L’enveloppe grimpe à 832,77 euros et à 461,14 euros pour un parent isolé affichant jusqu’à 29.057 euros annuels.