VIDEO. Marseille : Martha, ancienne base sous-marine allemande, en passe de devenir un data center

DATA CENTER La base Matha, une ancienne base militaire allemande sur le port de Marseille, se transforme en datacenter qui accueillera le Cloud des plus grandes entreprises mondiales

Adrien Max

— 

La Martha, l'ancienne base sous marine allemande transformée en data center à Marseille.
La Martha, l'ancienne base sous marine allemande transformée en data center à Marseille. — Interxion France
  • L’entreprise leader européenne sur le marché des data centers, Interxion, construit son troisième data center à Marseille.
  • L’entreprise réhabilite entièrement une ancienne base sous-marine allemande, située sur le port, en un gigantesque data center qui hébergera le cloud des plus grandes entreprises d’Internet.

Un vaisseau de béton armé de la Seconde Guerre mondiale bientôt transformé en usine symbole du 21e siècle. C’est le pari tenté par Interxion, l’une des entreprises leaders européennes des data centers, qui transforme sur le port de Marseille une ancienne base militaire en gigantesque data center. Il accueillera les données des plus grandes entreprises mondiales d' Internet.

Martha, le nom de cette base, a été construite en 1943 par l’armée allemande afin d’y entreposer des sous-marins. « La moitié de la base seulement a été construite, avant d’être abandonnée après le débarquement de Provence. Elle n’a jamais été mise à l’eau puisque ce sont uniquement les locaux techniques qui ont été construits », détaille Fabrice Coquio, président d’Interxion France.

Base sous-marine, prison et data center

Après la libération, cette base est utilisée comme prison par les alliés, des dessins de prisonniers allemands représentant leur région d’origine y ont été retrouvés. Après guerre, ni la ville, ni l’Etat, ne trouve de destination à ce bâtiment atypique. Seule solution un temps envisagée, la destruction, mais pour un coût de 26 millions d’euros, annihilant tout projet futur.

L'un des dessins retrouvés sur les parois de la Martha.
L'un des dessins retrouvés sur les parois de la Martha. - Interxion France

Jusqu’à ce qu’Interxion s’y intéresse pour implanter un troisième data center, le MRS3, au sein de cette ancienne base sous marine allemande. « On ne réhabilite pas ce genre de bâtiment d’habitude, mais la proximité avec le MRS2, l’un de nos autres data centers, et surtout la connexion avec les câbles sous-marins dont dispose Marseille sont essentielles », détaille le président.

Se servir des atouts « naturels » du lieu

140 millions d’euros ont été investis pour transformer entièrement les plus de 7.000 m2 que compte cette base, dont la partie Est sera entièrement conservée en l’Etat, tandis qu’une autre partie sera recouverte d’une protection visuelle couleur rouille.

Sur le toit, de 5 mètres d’épaisseur, « Deutsche Qualität » oblige, Interxion y a installé une ribambelle de frigos. Des appareils indispensables pour bien rafraîchir les salles où seront entreposées les machines de stockage des clients, qui se mettraient automatiquement en sécurité au bout de 10 à 15 minutes sans système de refroidissement.

Si l’installation est aussi impressionnante qu’essentielle pour la sécurité des machines, elles seront refroidies naturellement à 98 %. Interxion va en effet se servir d’une « rivière souterraine » qui vient de Gardanne, et dont l’eau est impropre à la consommation du fait de sa pollution par certains métaux. « Nous avons obtenu l’autorisation de pomper 1.500 litres par heure afin de refroidir nos machines. Cela permettra d'économiser de l'éléctricité », se félicite le président. Des générateurs au fioul ont également été installés sur le toit du bâtiment afin de compenser une éventuelle panne d’électricité. 

Un data center déjà plein

Les machines seront installées par les clients dans les 19 compartiments, sur deux étages, appelées « salles blanches » prévues à l’origine par les Allemands pour stocker les sous-marins. « Le système de refroidissement arrivera par le sol, tandis que toute la connectivité se fera par le haut », se projette Fabrice Coquio.

Les anciennes salles qui devaient accueillir les sous-marins, et qui accueilleront les prochaines salles des machines de stockage.
Les anciennes salles qui devaient accueillir les sous-marins, et qui accueilleront les prochaines salles des machines de stockage. - Interxion France

Après plus de 70 ans de sommeil, l’ancienne base sous marine Martha accueillera le premier client d’Interxion, « un des leaders mondiaux, comme Amazon, Microsoft ou Google », dès le 1er mars 2020, avec une montée en charge progressive. « Un tiers des espaces a été commercialisé, les deux tiers restants sont déjà réservés », assure Fabrice Coquio, preuve de la demande dans ce domaine. Interxion prévoit d’ailleurs déjà de construire MRS4 à l’horizon 2021, mais ce ne sera pas dans une ancienne base militaire, puisque Martha, désormais MRS3, était la seule dans son genre.