Rénovation énergétique des bâtiments: L’Assemblée remplace le crédit d'impôt par une prime

TRAVAUX La mesure, mise en place pour les ménages modestes, entrera en vigueur le 1er janvier prochain

20 Minutes avec AFP

— 

Un avis d'impôt (illustration).
Un avis d'impôt (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

L’Assemblée nationale a adopté jeudi le remplacement progressif d’un crédit d'impôt, ouvert à tous pour la rénovation énergétique des bâtiments par une prime réservée aux ménages modestes. L’article 4 de la loi de finances 2020 voté par les députés répond à un engagement pris en 2017 par Emmanuel Macron.

L’ancien système maintenu en partie jusqu’au 31 décembre 2020

La possibilité est ainsi donnée aux ménages modestes de bénéficier à partir du 1er janvier prochain d’une prime versée par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) dès qu’ils engagent des travaux de rénovation énergétique et d’économie d’énergie pour leur logement. L’ancien système fondé sur un crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) récupérable l’année suivante sera maintenu jusqu’au 31 décembre 2020 pour les ménages non-éligibles à cette prime, à l’exception des plus riches qui en seront exclus. Grâce à un amendement, ils pourront toutefois en bénéficier pour des travaux d’isolation des parois opaques (les murs, le toit, les combles et le plancher).

Au total, cela représente « 400 millions pour les primes, autant pour le crédit d'impôt en 2020 et 800 millions de primes en 2021 », a indiqué le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. « Vous excluez de l’aide des gens supposés aisés : un célibataire qui perçoit 27.706 euros par an ou un couple avec deux enfants qui gagnent 56.438 euros par an », a toutefois regretté Marc Le Fur (LR) rappelant que 50 % des travaux de rénovation effectués au titre du CITE l’ont été ces dernières années par des ménages aisés. Le communiste Alain Brunnel a dénoncé une « nouvelle mesure d’économie budgétaire qui mobilise 800 millions d’euros en 2020 contre 900 en 2018 et 1,6 milliard en 2017 ».

Objectif 2021 pour les propriétaires bailleurs

« Pourquoi 50 % des travaux de rénovation sont réalisés par les personnes aisées ? c’est parce qu’elles ont la trésorerie pour le faire », a expliqué Gérald Darmanin, notant que ces familles « vivent dans les endroits moins consommateurs d’énergie que les logements des classes populaires ». « Et pourquoi les classes populaires ne font pas ces travaux qui sur le long terme leur rapporteraient de l’argent, c’est parce qu’elles n’ont pas le capital d’investissement », a-t-il ajouté. « L’effet déclencheur, ce sera la prime ». La secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon (transition écologique) a pour sa part indiqué s’être fixée pour objectif d’ouvrir le dispositif des primes aux propriétaires bailleurs pour l’exercice 2021.