Outre-Mer : Des marques de cosmétiques sanctionnées pour des accords exclusifs d’importation

SANCTIONS La loi « Lurel » interdit en effet tout accord exclusif d’importation dans les collectivités d’outre-mer

20 Minutes avec agences

— 

Rayon cosmétique d'un grand magasin
Rayon cosmétique d'un grand magasin — AFP/JEAN-PIERRE MULLER

Les groupes Procter & Gamble, Coty et Chanel ainsi que leurs grossistes-importateurs ont été sanctionnés par l’Autorité de la concurrence. Ces entreprises ont mis en place des accords exclusifs d’importation dans la distribution de parfums et cosmétiques aux Antilles, en Guyane et à la Réunion.

Au total, elles ont été condamnées à des amendes de 176.000 euros, précise l’Autorité dans un communiqué publié ce mardi.

Un système maintenu malgré la loi « Lurel »

La loi « Lurel », relative à la régulation économique outre-mer, a interdit tout accord exclusif d’importation dans ces collectivités à compter de mars 2013. Cette loi visait à réduire les écarts importants de prix constatés entre les Outre-mer​ et l’Hexagone pour des produits de grande consommation et certains services, ainsi qu’à limiter les effets de situations de monopole.

Mais les groupes Procter & Gamble, Coty et Chanel ainsi que leurs grossistes-importateurs « ont maintenu ou mis en place, après l’entrée en vigueur de la loi Lurel, des exclusivités d’importation pour la distribution de parfums et produits cosmétiques en Guadeloupe, Martinique, Guyane et à La Réunion », indique le communiqué.

Un poids « sur le pouvoir d’achat des ménages »

Selon l’Autorité, ces pratiques « ont entravé le développement de concurrents et pesé sur le pouvoir d’achat des ménages ». Les détaillants ne pouvaient faire jouer la concurrence entre grossistes pour leurs approvisionnements en parfums et cosmétiques, avec pour conséquence une augmentation des coûts pour les consommateurs ultramarins.

Dans le détail, Procter & Gamble a été condamné à une sanction de 40.000 euros, 32.000 euros pour le groupe Coty, 13.000 euros pour le groupe Coty et Chanel pour les produits Bourjois, 68.000 euros pour Parfumerie d’Outremer et 23.000 euros pour Sodibel.