Retraites : Les pensions complémentaires du privé vont augmenter de 1 % au 1er novembre

REVALORISATION En janvier, les pensions de base n’avaient, elles, été revalorisées que de 0,3 %, nettement en deçà de l’inflation

20 Minutes avec agences

— 

Le niveau des pensions pour les retraités Agirc-Arrco vont évoluer d'1% pour suivre l'inflation
Le niveau des pensions pour les retraités Agirc-Arrco vont évoluer d'1% pour suivre l'inflation — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Après quatre années de gel et une maigre augmentation en 2018, les pensions complémentaires des anciens salariés du privé seront revalorisées d’1 % au 1er novembre. La décision est conforme à l’inflation prévue pour 2019, a annoncé lundi le régime de retraite Agirc-Arrco. En mai, les organisations syndicales et patronales gestionnaires de ce régime avaient trouvé un accord garantissant au moins une hausse du niveau de l’inflation jusqu’en 2022.

Réunis lundi, ils ont pris acte de « la dernière prévision d’inflation publiée en juin par l’Insee, hors tabac, (…) estimée à 1 % pour l’année 2019 », a précisé dans son communiqué le régime né de la fusion en janvier des caisses de retraites complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (tous les salariés du privé).

12,6 millions de retraités concernés

Les pensions complémentaires de 12,6 millions de retraités seront en conséquence revalorisées, ce qui correspond à 800 millions d’euros d' allocations versées en plus. Cette décision s’inscrit « dans un contexte de retour à l’équilibre financier » du régime « dès l’exercice 2019 », souligne l’Agirc-Arrco. Le gouvernement prévoit toujours de remplacer les 42 régimes de retraite existants par un « système universel ».

C’est la fin de plusieurs années de diète, les précédents accords prévoyant des revalorisations d’un point en dessous de l’inflation. L’accord de mai prévoyait par ailleurs la possibilité d’un coup de pouce de 0,2 % supplémentaire par rapport à l’inflation en cas de situation favorable du régime, une option qui n’a pas été retenue lundi.

En janvier, les pensions de base n’ont, elles, été revalorisées que de 0,3 %, nettement en deçà de l’inflation. Dans son projet de budget de la Sécurité sociale pour 2020, le gouvernement prévoit de réindexer sur l’inflation les pensions inférieures à 2.000 euros, conformément à une promesse d’Emmanuel Macron en réponse à la crise des « gilets jaunes » et à la grogne des retraités. Les pensions de plus de 2.000 euros n’augmenteront en revanche que de 0,3 %.