Vos questions sur la crise financière

VOUS INTERVIEWEZ Nicolas Bouzou, économiste chez Asteres, a répondu...

— 

Les marchés d'Asie-Pacifique affichaient un léger mieux mais restaient prudents lundi face aux plans d'actions décidés par les gouvernements et les grands argentiers de la planète pour rétablir la confiance sur les marchés déboussolés par la crise mondiale.
Les marchés d'Asie-Pacifique affichaient un léger mieux mais restaient prudents lundi face aux plans d'actions décidés par les gouvernements et les grands argentiers de la planète pour rétablir la confiance sur les marchés déboussolés par la crise mondiale. — Greg Wood AFP

En direct des locaux de 20minutes.fr, Nicolas Bouzou, économiste chez Asteres, a répondu à vos questions sur la crise:

Ses dernières réponses:

Fran | 14.10.2008 - 15h50
Est-ce que cela peut se reproduire à court terme, et sera-t-on aussi bien placés pour y répondre ? Car là on grille des cartouches si j'ai bien compris...
Le vrai problème maintenant, ce sont les difficultés économiques qui émanent de la crise financière. Car même si la crise bancaire est terminée, les banques vont continuer de restreindre le crédit et, surtout, il y a une énorme crise de confiance qui affecte la consommation et les investissements des entreprises. C'est pour régler ces problèmes que nous manquons de cartouches.

skipy68 | 14.10.2008 - 15h49
Bonjour,Si je comprend bien, ce plan est qu'une bonne mesure uniquement virtuel, si cela n'ayant pas l'impact souhaiter c'est le contribuable qui sera le garant? Quelles répercutions sur l'avenir de nos enfants?
C'est tout à fait ça. En effet, nos enfants sont susceptibles de payer. Le problème fondamental ne réside pas tant dans les dépenses actuelles (il faut sauver le système financier, ce qui a un coût) que dans la mauvaise gestion des finances publiques depuis le début des années 1980, Nous avons abordé cette crise avec des déficits importants, c'est là le problème.

YAP | 14.10.2008 - 15h51
L'état américain aurait-il pu agir à l'origine du problème en garantissant les prêts subprime il y a 6 mois, quitte à ce qu'il devienne propriétaire des maison et les loue à bas prix aux ex propriétaires insolvables, afin d'éviter leurs expulsions, éviter les créances douteuses des banques, éviterl'enchaînement en crise financière, éviter l'effondrement du marché de l'immobilier... à probablement moindre coût pour le contribuable ?
Sans doute mais il n'avait pas anticipé l'effet boule de neige de la crise des sub primes.

arpo | 14.10.2008 - 15h49
Pourquoi les sociétés immobilières n'ont pas pris en compte la solvabilité des ménages avant d'accepter les dossiers des ménages ?
Parce que là, pour le coup, il y avait une absence de réglementation. Le sub prime c'est un ménages qui n'a pas une solvabilité parfaite, par exemple parce que ses revenus sont incertains. Ce n'est pas illégitime de vouloir lui prêter pour qu'il s'achète une voiture ou une maison. Mais aux Etats-unis, on n'a pas fait du prêt sub prime mais du prêt n'importe quoi, sans étude sérieuse de solvabilité et en attirant les emprunteurs avec des taux d'appel extrêmement bas.

sawer07 | 14.10.2008 - 11h41
Quel sera le but ultime de ce plan, rétablir les banques à court terme et attendre ou permettre aux PME et aux particuliers de pouvoir de nouveau contracter des emprunts afin qu'ils puissent continuer à se développer et à vivre normalement?
Les deux en principe. Cela dit, je pense que les ratios de solvabilité des banques ont souffert, ce qui signifie qu'elles vont continuer de resserrer les conditions d'octroi de crédit, notamment pour les PME. C'est un vrai risque pour la croissance.

vanua | 13.10.2008 - 00h27
J'ai investi un bon paquet sur GDFSUEZ, l'action est en train de fondre comme neige au soleil. Pourquoi? GDF ne fait pas dans l'assurance et l'énergie on en aura toujours besoin. Combien faudra-t-il de mois ou d'années pour retrouver le même niveau d'avant la crise?
Les investisseurs anticipent une récession dans les grands pays de l'OCDE. C'est pour cela que tous les secteurs souffrent en bourse, y compris ceux qui ne sont pas liés à la finance ou à la banque.

Arff | 14.10.2008 - 15h26
Les banques françaises n'ont pas fait faillite mais en tant que Français nous devrons payer participer financièrement au remboursement de l'argent prêté par la BCE?
Non. La BCE prête aux banques et les banques lui remboursent de l'argent. Nous n'intervenons pas dans ce processus.

rayjac | 13.10.2008 - 17h37
J'ai entendu à plusieurs reprises qu'il existerait une garantie bancaire pour les comptes et les assurances-vie à hauteur de 70000e. J'ai transféré une petite somme de ma caisse d'épargne, en juin 2007,sur un compte d'assurance-vie de la Banque Fortis et ce, sur les conseils d'un agent de ladite banque, au motif que j'atteignais 70 ans et pour ainsi éviter les frais de succession.Mon dernier relevé mentionne un solde équivalant à la moitié du capital versé.Ou est la garantie? vais-je perdre toute mon épargne? j'ai l'impression d'avoir été bernée d'autant que les droits de succession entre conjoints sont supprimés;en restant à la caisse d'épargne j'aurais au contraire augmenté mon capital en bénéficiant des intérêts. Merci des précisions que vous pourriez m'apporter.
Je ne suis pas fiscaliste désolé. Concernant la garantie de 70000 euros, ne vous en souciez pas. Elle ne sera pas activée puisque le gouvernement s'est engagé à ce qu'aucune banque de fasse faillite. Vous pouvez donc être tranquille de ce côté là.

clio | 13.10.2008 - 16h54
La crise des subprime semble être déclenchée par la baisse du prix de l'immobilier aux USA en 2006. Pour quelles raisons les prix de l'immobilier ont ils chuté à cette date? Etait ce prévisible? Si oui, que pouvait on faire alors afin que cela n'engendre pas de crise?
Le marché s'est effondré parce que les taux d'intérêt ont augmenté à partir de 2004. Le vrai coupable c'est Greenspan qui a trop tardé à remonter les taux d'intérêt laissant se développer une bulle immobilière gigantesque.

Encoreunemauvaise | 14.10.2008 - 15h40
Puisque vous évoquez que l'état fait tout son possible (engageant des nouvelles donnes aux contribuables Français) quel est le sort des 30.000 familles ayant contractés un prêt-relais pour l'acquisition de leur nouvelle demeure et pour laquelle l'ancienne n'est pas ou reste invendue? Qu'elle est la politique envisagée pour tous ces gens?
Je n'ai pas d'informations précises sur ce sujet même si la question des prêts relais constitue en effet un vrai problème dans un contexte de baisse des prix de l'immobilier, comme c'est le cas aujourd'hui en France.

clio | 14.10.2008 - 15h38
N'y a-t-il pas une disproportion énorme entre le défaut de paiement de "quelques" emprunteurs américains liés aux subprimes et l'effondrement mondial des établissements financiers, voire même la banqueroute de certains états (Islande). Nous dit-on vraiment tout?
Oui il y a une disproportion. Excusez moi d'utiliser à nouveau cette image. Mais imaginez 95% de bonne viande et 5% de viande avariée, vous faites un hachis Parmentier et vous le mangez. Vous serez malade. Et bien voilà, le sub prime c'est cela. On a inventé des produis financiers (les fameux CDO notamment) qui ont permis de répartir ces prêts sub prime devenus douteux sur l'ensemble des marchés financiers.
Concernant votre deuxième question, oui je pense. Moi en tous cas, je vous donne toutes les informations dont je dispose.

dewey | 14.10.2008 - 13h18
Quel est la vraie origine de cette crise, celle qui a causé la hausse de subprimes?
Le retournement du marché du crédit immobilier aux Etats Unis, qui a rendu insolvables les ménages les plus endettés, qui ne pouvaient plus revendre leur maison pour acheter un logement plus petit et réaliser ainsi une plus valeur pour rembourser leur prêt.

Gilles 75013 | 14.10.2008 - 15h36
Alors ils sont comme ça les banquiers? En résumé: «Je suis contre les nationalisations, sauf si, moi, j'en ai besoin temporairement...»
Ce n'est pas eux qui en ont besoin mais vous si vous voulez conserver votre épargne.

Tillerman | 14.10.2008 - 14h20
Quel est le rapport entre les sommes en jeu à chaque étape (subprime aux us, faillites aux us, faillites au uk, faillites en france, krach à la bourse). Quels sont les mécanismes?
Il me faudrait un peu de temps pour l'expliquer correctement. Attendez quelques semaines, je publierai un livre sur cette question courant novembre.

caro20secondes | 13.10.2008 - 11h55
Avez-vous eu des "consignes" directrice de la part d'une force supérieure (du genre :"soyez RASSURANT quoi qu'il en coûte")?
Aucune.

vauxal | 13.10.2008 - 16h33
Il y a un truc que je ne comprends pas: concernant AIG comment est il possible de dépenser 85 milliard de dollar en quelques semaines et se retrouver de nouveau en faillite? Ces sous se sont volatilise? ils sont bien passer quelque part?
Je ne connais pas suffisamment le cas d'AIG pour vous répondre sérieusement.

lugh | 13.10.2008 - 15h55
Monsieur Bouzou, pouvez-vous nous présenter (s'il en existe) des mesures concrètes qu'ont pu prendre les Etats pour mieux réguler et contrôler les transactions financières ou pour moraliser le capitalisme financier?
Vous savez que les transactions financières son très difficiles à contrôler pour la simple et bonne raison que les titres sont immatériels et qu'ils se déplacent partout dans le monde, y compris dans les endroits non réglementés. Quant à la moralisation du capitalisme financier, en fait, je ne crois pas qu'il soit immoral. Il faut en revanche établir les bonnes régulations qui permettent aux acteurs financiers d'innover, tout en réussissant à tuer les excès dans l'oeuf. C'est simple à comprendre mais dans la réalité c'est extraordinairement difficile à faire. Pour être tout à fait honnête, je ne suis même pas certain que ce soit possible.

mario | 14.10.2008 - 15h31
vous dites l'état américain est très responsable en créant certaines banques pour servir une volonté politique (l'accession à la propriété)? est ce à dire que l'état dans la finance (crédit lyonnais chez nous) n'est pas une bonne chose et qu'il vaut mieux laisser les marchés se réguler eux même? pouvons nous sortir moins dépendant du système et de la finance américaine après ce désastre?
Je ne dirais pas que le marché américain était déréglementé. Je dirais qu'il était mal réglementé. Il est clair que la réglementation européenne est plus performante. J'ai en effet bon espoir que, dans les années qui viennent, ce soit le modèle européen qui l'emporte. Sa pertinence a été en quelques sortes validé par l'expérience.

paujo | 14.10.2008 - 15h28
Si j'ai bien compris concernant le plan l'Etat va garantir des prêts pour les banques contre rémunération pour que celle ci nous prête de l'argent sachant que les banques ne travaillent pas pour rien ils vont répercutés les sommes versées à l'état sur les taux d'intérêt demandés au emprunteurs ce qui va augmenté les taux et au final ce sont nous qui paieront l'état. N'est ce pas un impôt déguisé?
La crise financière actuelle renchérit le coût de l'argent et donc nous payons plus cher les crédits à la consommation et les crédits immobiliers. De la même façon, les entreprises paient plus chers leurs crédits. Mais il vaut mieux ça qu'un credit crunch, c'est-à-dire une rupture brutale dans l'offre de crédit.

Gaveedra | 13.10.2008 - 11h51
Je trouve très étonnant que les états se réveillent d'un coup pour sortir autant d'argent, des sommes astronomiques cotées en milliards d'euros, alors qu'un certain "trou de la sécu" peine toujours à se combler depuis des années. Puisqu'il semble si simple de débourser autant pour la bourse et son marché de spéculations, autant en profiter pour combler ce puits avec les quelques millions dont il a besoin non?
J'ai déjà répondu à cette question. Il y avait une urgence absolue. Il y a en effet un problème avec la sécurité sociale. Mais la faillite de la sécu n'est pas pour demain. L'éclatement du système financier constituait un risque beaucoup plus proche de nous.

sunnadia | 09.10.2008 - 19h35
Bonjour. Cette crise ne s'est pas déclenchée du jour au lendemain quand même, elle était prévisible non?
La crise était prévisible pour la simple et bonne raison que les crises viennent toujours corriger des périodes d'expansion. Mais il est difficile de savoir a priori quand et surtout quel en sera la facteur déclenchant (le marché américain du sub prime dans le cas présent).

AmauryD | 14.10.2008 - 15h07
Le rebond des bourses ses deux derniers jours ne serait pas une micro bulle spéculative? Dans les jours qui viennent, ne pouvons-nous pas nous attendre à une prise massive de bénéfices et encore une fois, à une chute globale des places financières?
Une prise de bénéfices et une rechute, oui. Le tout est de savoir s'il y aura un autre rebond derrière. Je considère que les bourses occidentales sont fortement sous valorisées, on peut donc avoir une remontée chaotique mais une remontée quand même. Mais la confiance reste précaire. On va donc encore assister à des phénomènes de fuite sur le cash qui, certains jours, feront fortement baisser les bourses.

charlot | 09.10.2008 - 15h32
Quelle part de la crise est due directement à l'erreur des subprimes et quelle part à la panique? Combien de milliards?
C'est la même chose. C'est le non-remboursement d'une partie des ménages sub prime qui a entraîné une fonte des prix des produits financiers structurés, dans lesquels étaient logés des morceaux de créances sub prime. De proche en proche, la quasi totalité des actifs financiers a vu ses prix reculer, avec des effets négatifs sur les bilans des banques et plus généralement des acteurs financiers. C'est bien ce qui est terrible dans cette crise : le seul petit marché du sub prime américain a fait plonger la planète financière dans sa totalité. C'est l'un des effets de la complexité croissance des produits financiers ces dernières années, mais aussi des normes comptables qui ont accéléré la propagation de la crise.

paujo | 14.10.2008 - 15h20
Merci monsieur de confirmer que la crise était annoncée depuis février 2007 et que Sarkozy n'en a pas tenu compte en vidant les caisses avec le bouclier fiscal
Sans doute. En même temps, le bouclier fiscal a joué un rôle d'amortisseur, c'était en quelques sortes un mini plan de relance. Il n'était pas conçu pour cela et présentait un rapport qualité / coût assez médiocre, mais le timing était finalement assez bon.

barbnoir | 13.10.2008 - 20h38
Quel était le rôle de la Banque de France dans les échanges interbancaires?
Par définition, les échanges interbancaires relèvent essentiellement des prêts entre banques commerciales. La Banque Centrale Européenne prête directement aux banques, quand les banques ne veulent plus se faire crédit entre elles.

cat562 | 14.10.2008 - 15h19
Que pourrait faire le gouvernement pour accélérer la sortie crise?
Pour l'instant, il a fait le maximum. Après, il faudra réfléchir à des plans de soutien de l'activité pour éviter une récession durable. Mais là, pour le coup, nos finances publiques seront à sec. Ce sera donc très difficile.

doudou | 14.10.2008 - 11h53
Je voudrais savoir, dans la mesure ou les caisses sont vides et ou on ne peut pas répondre positivement aux besoins des citoyens, ou on compte trouver l'argent qui là semble couler à flots pour sauver les banques?
Je le répète, il ne s'agit pas de sauver les banques mais de nous sauver nous tous. En réalité, l'Etat apporte surtout des garanties. Dans la mesure où c'est le seul agent économique parfaitement solvable (il peut toujours trouver des ressources en augmentant les impôts), il est légitime qu'il se place en back up derrière les banques. Si celles-ci n'ont pas besoin de l'Etat, il n'y aura aucun milliard de déboursé, sinon, ça ira dans la dette publique. Mais nous n'avions pas le choix.

Wedooh | 14.10.2008 - 12h31
Pourquoi la France investi-t-elle seul plus que les états unis pour renfloué ses banques, sachant que les USA représente 25% du marché mondiale comme l'Europe? Payerait-on encore pour financer le développement des Etats-Unis?
Le plan Paulson aux Etats-unis n'a pas la cohérence ni l'ampleur du plan qui a été présenté par l'Eurogroupe ce week-end. Il s'agit de mettre fin à la crise bancaire. Le coût est virtuellement énorme, mais le coût de l'absence d'action serait dramatique.

olivier | 13.10.2008 - 20h40
Bonjour, une faillite d'une grande banque française est-elle possible dans les mois qui suivent?
Non, puisque l'Etat met en place une structure qui pourra recapitaliser les banques (c'est-à-dire leur apportera de l'argent en en devenant partiellement propriétaire) en cas de risque d'insolvabilité. Donc il n'y aura pas de faillite, ni en France, ni dans les pays de la zone euro, ni au Royaume-Uni où des structures similaires sont en train d'être créées.

Gilles 75013 | 14.10.2008 - 12h52
Que pensez vous du concept de nationalisation?
S'il s'agit de dire l'Etat doit posséder les banques pour les diriger et guider leur politique (notamment en matière d'octroi de crédit), c'est un mauvais concept. S'il s'agit de dire, l'Etat peut temporairement entrer dans le capital d'une banque pour l'aider à passer un cap difficile, alors je suis pour.

danyco | 14.10.2008 - 15h04
Est-ce un phénomène nouveau? On dirait que les banques depuis quelques années font n'importe quoi! Ou peut-être était-ce mieux caché auparavant?
Si les banques ont fait n'importe quoi, c'est qu'elles y ont été incitées. Je ne peux refaire en quelques lignes l'histoire du système financier américain mais il faut retenir que c'est la volonté des Etats Unis de devenir à tous prix un pays de propriétaires qui est la cause de tout. Les Américains ont créé des institutions comme Fannie Mae et Freddie Mac qui ont permis de titriser des crédits à grande échelle ce qui a abouti à une dilution du risque. Il y aura donc un important travail de reréglementation à effectuer, mais une fois que la crise sera terminée et que les esprits seront refroidis.

laurent-paris | 14.10.2008 - 15h02
Sarkozy promet de sanctionner des coupables. très sérieusement, qui pourrait-il sanctionner?
Lui, pas grand monde. Pour moi, les coupables sont les régulateurs américains et Alan Greespan, les gouverneurs de la Fed qui a maintenu les taux d'intérêt extrêmement bas alors que ce n'était plus justifié, ce qui a largement contribué à gonfler la bulle immobilière. Donc, la désignation des coupables est largement une question d'analyse, et il n'est pas certain que Nicolas Sarkozy soit toujours dans le vrai quand il aborde ces questions.

sikidi | 13.10.2008 - 18h07
Je ne suis pas d'accord qu'un fou donne avec une partie de mon fric des garanties pour que les riches s'enrichissent encore plus, avec encore moins de risque... Quels sont mes recours?
Je ne suis pas toujours d'accord avec Nicolas Sarkozy mais son plan est excellent, et il est d'ailleurs calqué sur celui que Gordon Brown a présenté aux britanniques la semaine dernière. Tous les pays de la zone euro sont en train de faire à peu près la même chose. Il faut sauver les banques non pas pour sauver les riches mais pour permettre à des personnes qui travaillent depuis des années de ne pas perdre la totalité de leurs économies.

HANDLE | 14.10.2008 - 14h30
Pourquoi cette crise débute comme par hasard pendant les élections présidentielles américaines?
Elle n'a pas débuté pendant la campagne présidentielle mais en août 2007 avec même des alertes sur les marchés dès février 2007. Le problème avec la campagne aux Etats-Unis, c'est qu'elle n'a pas permis un débat parfaitement efficace et serein au Congrès. En outre, l'administration Bush n'est quasiment plus en état de fonctionner, ce qui est plus que problématique en période de crise, où il faut prendre des décisions importantes dans des périodes de temps très courtes.

Roswell | 13.10.2008 - 11h42
C'est la crise, énormément de personnes perdent de l'argent, cela sous-entend que certaines en gagnent. Alors, qui? et comment?
Vous pouvez bien sûr gagner de l'argent en période de crise, en particulier en spéculant sur des produits dérivés, ce qui permettra à certains opérateurs (banques, assureurs, fonds de pension), en contrepartie, de se protéger. C'est théoriquement possible mais il y a très peu de gens qui sont capables de gagner de l'argent dans la période actuelle.

Pied Noir | 13.10.2008 - 10h44
Certains économistes parlent de sommes astronomiques que les Etats devront digérer, de l'ordre de 45.000 milliards de dollars... Est ce que ce chiffre a un sens ? Si oui, pour l'instant 1000 milliards ont servi à cela, qui va financer les 44.000 milliards qui manquent? Si non, quelle est la valeur approchée des déchets financiers?
Déjà, il faut garder en tête le fait qu'une partie de ces sommes ne sera pas utilisée. Quand un Etat comme la France garantit les prêts interbancaires, rien ne dit que ces garanties seront activées. Et si elles le sont, on ne sait pas dans quelles proportions. Là où votre intuition est bonne, c'est que les sommes qui seront utilisées iront grossir les déficits publics, et donc, la dette publique. Bien entendu, les Etats pourront engranger des plus values en revendant dans quelques années les parts des banques qu'ils sont en train d'acquérir. Mais au total, cette crise aura un coût sur les finances publiques de tous les pays riches.

vanua | 13.10.2008 - 00h27
Où en sommes-nous exactement? Début, milieu ou fin de crise? Quels seront les premiers signes annonciateurs de la reprise?
J'espère fin de la crise bancaire. C'est-à-dire que, en principe, nous sortons dans la zone dans laquelle une faillite bancaire est possible. En revanche, les indices boursiers vont rester très volatils, au moins jusqu'à la fin de l'année, dans la mesure où des opérateurs financiers du type assureurs ou hedge funds peuvent encore connaître des difficultés. En revanche, nous avons encore devant nous les principaux problèmes en termes de crédits bancaires, croissance, emploi.
..

Le chat est fini...


Lisez toutes vos questions
en cliquant ici...