C'est la crise, Loic Le Meur licencie un tiers de son personnel

HIGH-TECH Le blogueur le plus connu de France licencie un tiers du personnel de Seesmic...

Vincent Glad

— 

Loïc Le Meur, le bloggeur, sérial-entrepreneur.
Loïc Le Meur, le bloggeur, sérial-entrepreneur. — Joi/Flickr/CC

C'est tout un symbole pour le Web 2.0: la petite entreprise de Loic Le Meur connaît elle aussi la crise. Le blogueur français, exilé aux Etats-Unis, a annoncé vendredi qu'il licenciait environ un tiers de son personnel de Seesmic, sa start-up dédiée à la discussion vidéo en direct.

Fidèle à lui-même, Loïc Le Meur a annoncé la nouvelle sur son blog... par une vidéo Seesmic. La gorge nouée, sur fond du petit raton-laveur qui sert de logo à son entreprise, il déclare que «c'est un jour très triste»: «Les conditions du marché et la récession ont empiré depuis un moment. En tant qu'entrepreneur, nous avons à réagir et à nous adapter».

Pourtant, Seesmic avait bouclé en juin dernier un tour de table de 6 millions de dollars, laissant espérer des jours heureux pour cette start-up emblématique. 7 personnes seront laissées sur le carreau.

Tough times. Tough decisions.also read my blog post http://www.loiclemeur.com/english/2008/10/tough-times-tou.html

Au-delà du grand show Le Meur, cette annonce fait craindre une nouvelle saignée dans les starts-up Web, comme en 2001-2002 lorsque la bulle Internet avait explosée. Le contexte est lourd: l'économie mondiale s'effondre dans le sillage des places financières, le marché publicitaire devrait logiquement décrocher et le Web 2.0 semble vivre ses derniers jours.

Le blog «Techcrunch», qui fait autorité dans le secteur Internet, est plutôt pessimiste: «Beaucoup vont devoir faire face à cette difficile question et recentrer leur activité sur ce qui crée réellement l’essentiel de la valeur économique de leur société». Mais pas de panique, comme diraient les banquiers: ne retirez pas tout de suite vos photos de Facebook...