L'Europe au chevet des marchés

Angeline Benoit - ©2008 20 minutes

— 

« Ce soir est le temps de l'Europe et de l'unité. Les dirigeants ont fait un effort sans précédent pour juguler la crise », a déclaré, hier soir, le président de la République au sortir d'une réunion avec les chefs d'Etat et de gouvernement des quinze pays de la zone euro, les présidents de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne. Après l'engagement du G7, samedi, à « travailler ensemble », les quinze ont présenté un front uni. Suivant l'exemple britannique, les pays de l'Eurogroupe se sont engagés à empêcher leurs banques de faire faillite, à garantir les prêts entre les établissements financiers, et à revoir les normes comptables européennes. Globalement, il s'agit d'un cadre de référence pour que les plans nationaux se renforcent mutuellement. Aujourd'hui, l'Allemagne, la France, l'Italie « et d'autres pays » présenteront leurs plans de façon « simultanée ». Enfin, l'Union européenne va demander aux Etats-Unis l'organisation d'un sommet « pour refonder le système financier international », a déclaré Nicolas Sarkozy.

Les yeux sont désormais rivés sur les Bourses pour voir si les marchés seront convaincus que la situation est sous contrôle. Car l'Eurogroupe ne s'est pas entendu pour fixer un montant global à son plan, comme le souhaitaient plusieurs membres. L'heure des chiffres est donc pour aujourd'hui et tout reste possible.