Pernod et Ricard fusionnent en France et suppriment 190 postes

LICENCIEMENTS Les deux sociétés ont dévoilé leur projet d'une société unique Pernod Ricard France à compter du 1er juillet 2020

20 Minutes avec AFP

— 

Pernod et Ricard vont s'unir dans la société unique Pernod Ricard France à compter du 1er juillet 2020.
Pernod et Ricard vont s'unir dans la société unique Pernod Ricard France à compter du 1er juillet 2020. — Alexander Pohl/Sipa USA/SIPA

Le numéro deux mondial des spiritueux Pernod Ricard a annoncé mardi la fusion des deux filiales qui desservent le marché français, Pernod et Ricard, ce qui entraînera un plan de départs volontaires de 190 postes nets.

Les deux sociétés Ricard et Pernod ont présenté mardi à leurs instances représentatives du personnel ce projet baptisé « reconquête » qui consiste en la création d’une société unique Pernod Ricard France à compter du 1er juillet 2020, indique le groupe dans un communiqué.

« Environ 280 postes de départs volontaires »

Le projet de fusion des deux sociétés qui étaient restées administrativement indépendantes depuis la fusion au niveau mondial en 1975 « amènerait à ouvrir environ 280 postes de départs volontaires » sur 1.300 dans ces deux entités. Cela concernerait « les fonctions commerciales et marketing », qui jusqu’ici travaillaient en parallèle à distribuer l’ensemble des produits du groupe sur le marché français.

« Le modèle français du groupe qui repose sur deux sociétés et deux réseaux de distribution est devenu trop complexe, il manque d’agilité », commente Pernod Ricard qui veut maintenant un « réseau commercial unique structuré par canal de distribution ». Ce projet s’accompagne de la « création de 90 nouveaux postes pour accompagner cette nouvelle stratégie » qui doit permettre selon le groupe de « retrouver la croissance sur un marché français en pleine mutation », selon le texte.

En deux ans, le groupe a en effet perdu en France 60 millions d’euros de chiffre d’affaires, « soit l’équivalent de celui d’une filiale européenne ».

« Au-delà de la pression déflationniste et de l’impact récent de la loi Egalim [issue des états généraux de l’alimentation] qui explique en partie ces résultats, les sociétés Ricard et Pernod doivent faire face à l’émergence d’un nouveau consommateur qui réinvente les moments de convivialité », ajoute le groupe.

Cession de la marque Café de Paris

Le groupe assure vouloir « co-construire avec les instances représentatives du personnel un dispositif de départs volontaires pour lequel les mesures d’accompagnement proposées seraient parmi les meilleures pratiques (du) secteur ».

Par ailleurs, Pernod Ricard groupe a annoncé le projet de cession de la marque Café de Paris à InVivo Wine, branche spécialisée du premier groupe coopératif français, avec une « garantie de maintien de l’emploi pour les 29 salariés du site de production de Cubzac » en Gironde, assure le texte.