Forever 21, la chaîne américaine de vêtements, se déclare en faillite

ETATS-UNIS Fondée à Los Angeles en 1984, la marque est devenue omniprésente dans les centres commerciaux, en offrant à une clientèle jeune des imitations de grandes marques, à des prix très bas

20 Minutes avec AFP

— 

Un magasin Forever 21 à Londres.
Un magasin Forever 21 à Londres. — Dinendra Haria/Shutters/SIPA

Une des dernières chaînes de distribution à souffrir de l’explosion du commerce en ligne. Forever 21, la chaîne américaine de vêtements bon marché a annoncé, ce dimanche, qu’elle se plaçait sous le régime des faillites.

La demande de la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites est « une étape délibérée et décisive afin de nous remettre sur la bonne voie dans le futur », a indiqué la chaîne dans un communiqué, publié ce lundi.

Forever 21 va fermer près de 350 magasins dans le monde

Le chapitre 11 va permettre à Forever 21 de continuer à opérer sans rendre de comptes à ses créanciers. Communément appelé faillite organisée, il laisse à Forever 21 le contrôle de ses actifs durant la phase de restructuration. Selon une porte-parole citée par le Wall Street Journal, le groupe va fermer jusqu’à 350 magasins dans le monde, dont 178 aux Etats-Unis, son principal marché.

Fondée à Los Angeles en 1984 par le couple sud-coréen Do Won et Jin Sook Chang, la marque Forever 21 compte actuellement plus de 800 magasins dans le monde. Elle a surfé sur la vague de la « fast fashion » (renouvellement rapide des collections), devenant omniprésente dans les centres commerciaux sur le territoire américain, et offrant à une clientèle jeune des imitations de grandes marques, à des prix très bas.

La marque délaissée à cause de son impact environnemental et des conditions de travail dans ses usines

Concurrencée par des marques comme H&M et Zara, elle a cherché à étendre son activité aux vêtements pour hommes et aux chaussures après la crise de 2008. Mais selon les analystes, elle n’a pas su réagir rapidement à la montée des ventes en ligne, ainsi qu’à une clientèle soucieuse de l’impact environnemental de ses produits et des conditions de travail dans ses usines.

Début septembre déjà, la chaîne avait annoncé la fermeture fin octobre de ses 14 magasins au Japon.