Montpellier : Le groupe Orchestra-Prémaman placé en procédure de sauvegarde

ECONOMIE En difficultés financières, le groupe Orchestra-Prémaman a obtenu son placement sous procédure de sauvegarde. Il obtient un délai de six mois afn d'aménager son endetterment

Jérôme Diesnis

— 

Le groupe Orchestra, dont le siège se trouve à Saint-Aunès, près de Montpellier, fait l'objet d'une procédure de sauvegarde.
Le groupe Orchestra, dont le siège se trouve à Saint-Aunès, près de Montpellier, fait l'objet d'une procédure de sauvegarde. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Confronté à une chute de son chiffre d’affaires et à des pertes nettes, le groupe Orchestra-Prémaman a obtenu son placement sous procédure de sauvegarde.
  • La procédure de sauvegarde, qui peut durer jusqu’à dix-huit mois, protège les entreprises qui ne sont pas en état de cessation des paiements. Elle a pour objectif de leur laisser le temps de réaménager leur endettement et d’assurer leur pérennité.
  • Le siège du groupe, présent dans 40 pays, est basé à Saint-Aunès, à côté de Montpellier. L’action plongeait de près de 12 % à 11 heures ce mercredi.

Le groupe Orchestra-Prémaman, dont le siège social se situe à Saint-Aunès, à côté de Montpellier, a annoncé dans un communiqué de presse « avoir demandé et obtenu, par jugement du 24 septembre 2019, l’ouverture d’une procédure de sauvegarde à son bénéfice pour une période initiale de 6 mois ».

La procédure de sauvegarde, qui peut durer jusqu’à 18 mois, protège les entreprises qui ne sont pas en état de cessation des paiements. Elle a pour objectif de leur laisser le temps de réaménager leur endettement (qui peut être étalé sur une période maximum de 10 ans) et d’assurer leur pérennité.

Le titre a perdu les deux tiers de sa valeur en un an

Dans l’attente de l’établissement d’un plan de sauvegarde, cette procédure suspend le paiement des dettes antérieures à sa mise en place. Fondateur du groupe, Pierre Mestre sera chargé du redressement de l’entreprise. Il réunit depuis le 22 septembre les fonctions de directeur général et de président du conseil d’administration.

Cette annonce a entraîné une nouvelle chute du titre (de 11,82 % à 11 heures) ce mercredi, sur les marchés, avec un cours de l’action à 0,342 euros. En l’espace d’un an, l’action a perdu les deux tiers de sa valeur.

Leader mondial de la mode pour enfants

Le 11 juillet, Orchestra-Prémaman a annoncé une légère baisse du chiffre d’affaires au premier trimestre (-0,5 %) à 139,7 millions d’euros, malgré une forte progression de l’activité puériculture (+13,4 %). Lors de l’exercice clos précédent (au 28 février 2019), la baisse du chiffre d’affaires (570,8 millions d’euros) s’était élevée à 6,8 %

Le réseau dispose de 547 magasins en France mais également dans 40 pays sur quatre continents. Il emploie 3.060 personnes. Il est le leader mondial de la mode pour enfants et a bâti son succès sur la fidélisation de ses clients. Au 31 mai 2019, le groupe comptait 2,1 millions de porteurs de cartes Club, (+15,3 % sur un an). 90 % du chiffre d’affaires est réalisé auprès des clients membres du Club.

Perte nette de 88,2 millions d’euros

Fin mai, le groupe avait annoncé une perte nette de 88,2 millions d’euros pour l'exercice annuel clos au 28 février. Des difficultés financières doublées d’une crise sociale. En juin 2018, dans un article paru sur les sites Le Doc et Mediapart, des salariés dénonçaient des conditions de travail très dégradées. Pierre Mestre avait pris la parole en janvier 2019 afin de promettre une nouvelle façon de gouverner.