La crise frappe à vos portes

ECONOMIE Immobilier, emploi, consommation: ses nouvelles victimes...

Julien Ménielle

— 

En moyenne en 2007, les biens immobiliers acquis ont une surface de 80,89 m2 (soit -2,7 m2 qu'en 2006), pour un coût de 195.156 euros, le délai de vente a été de 79 jours (8 jours de plus qu'un an auparavant) et la durée moyenne du crédit est passée de 19,54 ans à 20,21 ans, selon Century 21.
En moyenne en 2007, les biens immobiliers acquis ont une surface de 80,89 m2 (soit -2,7 m2 qu'en 2006), pour un coût de 195.156 euros, le délai de vente a été de 79 jours (8 jours de plus qu'un an auparavant) et la durée moyenne du crédit est passée de 19,54 ans à 20,21 ans, selon Century 21. — Mychèle Daniau AFP/Archives

La crise en Europe, ce n’est pas que des traders qui s’arrachent les cheveux. Car après le secteur financier, c’est l’économie réelle qui est contaminée. En cause: les crédits, de plus en plus difficiles à obtenir pour les particuliers comme pour les entreprises.

Le secrétaire confédéral de la CGT, Jean-Christophe Le Duigou, affirme d’ailleurs ce jeudi, sur BFM que «si toute notre attention est aujourd'hui attirée sur la manière de résoudre la partie financière de la crise, il ne faut pas sous-estimer ce qui est enclenché dans l'économie réelle».

L’immobilier bat de l’aile

Au troisième trimestre 2008, le prix des logements anciens a baissé de 2,9% par rapport à la même période en 2007, selon une étude de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). Son secrétaire général, Jean-François Buet, estime que les prix vont continuer à chuter, jusqu’à atteindre -5% sur l’ensemble de l’année 2008.

Contacté par 20minutes.fr, il évoque «un durcissement des conditions bancaires de crédit, avec des mesures drastiques concernant les apports personnels, les garanties, et les durées de remboursement». Il rapporte en outre que «certains foyers, à qui une offre de prêt avait été acceptée, se la voit refuser trois semaines plus tard».

>> Sécurité routière, enseignement catholique, caviar… Les effets inattendus de la crise à suivre sur 20 minutes.fr

Jean-François Buet explique qu’à l’heure actuelle, «un deux pièces neuf dans le centre d’une grande ville se vend bien mieux qu’une maison des années soixante, excentrée et mal isolée». Les acheteurs prennent en compte les dépenses liées au chauffage et au carburant. «La crise a un aspect très psychologique, estime-t-il, car en plus de l’économie tournée vers la récession, le moral des Français est un vrai frein à l’acquisition.»

L’emploi flanche

Jean-Christophe Le Duigou, de la CGT, indique ce jeudi qu’il craint qu’«à assez court terme», la crise financière n’engendre «plusieurs centaines de milliers de chômeurs». En août dernier, on comptait déjà 41.300 inscrits supplémentaires à l’ANPE. Pour Jean-François Roubaud, président de la Confédération générale des PME, les ennuis ne font que commencer.

«Ce sont les PME qui créent l’emploi, affirme-t-il, et quand elles n’ont plus de liquidités elles commencent par limiter le recours à l’interim, puis cessent d’embaucher, avant de licencier.» Il estime que la seconde phase est déjà enclenchée, avec une stagnation de l’emploi. Les secteurs les plus touchés? «Les transports, l’hôtellerie restauration, et le bâtiment qui commence à ralentir.»

Mais il craint que la situation ne perdure et s’envenime dans les trois mois qui viennent, et sur l’ensemble de l’année 2009. «Les banques durcissent leurs conditions et ne prètent plus. Espérons que les entreprises sauront frapper à la bonne porte», conclut-il en évoquant le plan de soutien Oseo.

La consommation des ménages va suivre le mouvement

Pas de crédit, pas de voiture neuve. Alexander Law, analyste chez Xerfi déclare ce jeudi que l’automobile pourrait être le prochain secteur touché. Mais pas seulement. Il estime également que «la consommation des ménages va être très affectée, les gens vont faire des arbitrages», en se tournant notamment vers le hard discount pour l'alimentation.

Et vous, ressentez-vous les effets de la crise au quotidien? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous