Faillite de Thomas Cook : Que va-t-il se passer pour les clients du voyagiste britannique ?

BANQUEROUTE Le voyagiste britannique, pionnier des tour-opérateurs, va entrer en « liquidation judiciaire avec effet immédiat » et lancer une opération de rapatriement de grande ampleur

Sélène Agapé avec AFP

— 

(Illustration) Le voyagiste britannique Thomas Cook a annoncé celundi qu’il faisait faillite après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie.
(Illustration) Le voyagiste britannique Thomas Cook a annoncé celundi qu’il faisait faillite après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie. — AFP
  • Le voyagiste britannique Thomas Cook, pionnier du voyage organisé moderne, a annoncé ce lundi qu’il faisait faillite après avoir échoué à trouver les fonds nécessaires à sa survie.
  • Le groupe Thomas Cook, tour-opérateur et compagnie d’aviation à la fois, fondé en 1841, va entrer en « liquidation immédiate », laissant sur le carreau ses 22.000 employés et 600.000 clients voyageurs dans le monde. Ce sont quelques 10.000 touristes français qui se trouvent actuellement en vacances. « Toutes les réservations Thomas Cook, vols et séjours, sont désormais annulées », a-t-il indiqué.
  • Les autorités britanniques ont activé, ce lundi matin, un plan d’urgence de rapatriement, baptisé « Opération Matterhorn ».

Vacances gâchées pour les «septembristes » et derniers rescapés des congés d’été. Après les compagnies aériennes​ françaises Aigle Azur et XL Airways, le tourisme européen accuse une nouvelle perte avec la faillite du voyagiste britannique Thomas Cook.

Le groupe, tour-opérateur et compagnie aérienne à la fois, a annoncé ce lundi mettre un terme à ses activités en raison d’une faillite. Placé en « liquidation judiciaire avec effet immédiat », Thomas Cook laisse sur le carreau des centaines de milliers de clients à travers le monde, dont 10.000 Français, et ses 22.000 salariés.

Combien de clients sont concernés par la faillite de Thomas Cook ?

Ce sont 600.000 touristes dans 16 pays du monde qui connaissent un début de semaine fort difficile. Tour à tour, les pays européens énoncent le nombre de clients touchés. En Grande-Bretagne, 150.000 voyageurs sont en attente d’une solution de rapatriement. La filiale allemande du voyagiste en faillite a annoncé que 140.000 de ses clients se trouvaient actuellement en vacances, soit le deuxième contingent à rapatrier derrière les ressortissants britanniques. La filiale française a de son côté comptabilisé 9.842 clients.

Avant son officialisation, la liquidation judiciaire de Thomas Cook avait causé quelques remous notamment en Tunisie où un hôtel (Les Orangers) a retenu des touristes britanniques « le temps de vérifier que le paiement » de leur séjour avait été effectué, selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur tunisien joint par l’AFP. Des centaines de touristes patientent depuis ce lundi matin à l’aéroport Son Sant Joan, à Palma de Majorque.

Quelles sont les solutions de rapatriement mises en place pour ces centaines de milliers de voyageurs ?

En France, un numéro d’urgence (01 45 05 40 81) a été mis en place pour les voyageurs actuellement en vacances et Thomas Cook préconise à ses clients devant voyager lundi de ne pas prendre le départ afin « d’éviter davantage de difficultés ».

Les autorités britanniques ont activé lundi matin un plan d’urgence de rapatriement de leurs 150.000 ressortissants. Ils sont deux fois plus nombreux que lors de la faillite de la compagnie aérienne Monarch, il y a deux ans. Le plan a été baptisé « Operation Matterhorn », en référence à une campagne américaine de bombardement pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Les clients qui sont à l’étranger doivent consulter le site www.thomascook.caa.co.uk et ne se rendre à l’aéroport que lorsqu’ils ont un vol alternatif confirmé », enjoint l’Autorité britannique de l’aviation civile (CAA) qui précise les numéros des lignes téléphoniques spéciales ouvertes pour aider les voyageurs (0300 303 2800 en Grande-Bretagne et Irlande, +44 1753 330 330 depuis l’étranger).

De plus, des avions mobilisés par la CAA ont commencé à décoller en particulier de Palma de Majorque, destination très prisée des touristes britanniques. De nombreux autres sont en Turquie, Grèce, Tunisie ou même Cuba. Selon la BBC, 14.000 vacanciers devraient être ramenés au Royaume-Uni d’ici lundi soir. Le coût du rapatriement devrait tourner autour de 100 millions de livres, selon le gouvernement. La CAA ajoute avoir sécurisé des avions spéciaux pour cette opération colossale qui devrait durer jusqu’au 6 octobre, même si certains touristes pourront rentrer par des vols commerciaux.

Quelques pays ont commencé à décompter le nombre de clients de Thomas Cook, présents sur leur sol. En Tunisie, environ 4.500 touristes britanniques en séjour vont être rapatriés par le gouvernement britannique, a indiqué le ministère tunisien du Tourisme, selon qui l’opérateur n’a pas encore réglé ses factures estivales. Le ministère du Tourisme en Turquie, où 21.033 clients de Thomas Cook se trouvent actuellement, a annoncé qu’il mettrait en place un programme de crédits pour venir en aide aux entreprises locales affectées par la faillite brutale du voyagiste.

Quelque 50.000 touristes sont piégés en Grèce, a annoncé le ministère grec du Tourisme, selon lequel 22.000 personnes pourront être rapatriées dans les trois prochains jours. A Corfou, plus de 3.000 touristes sont piégés sur l’île, pour la plupart britanniques mais aussi français, allemands et d’autres pays de l’UE, a indiqué le président de l’association des hôteliers de Corfou, Babis Voulgaris, à l’agence grecque ANA. Sur l’île de Zakynthos (Zante), 4.000 touristes sont également à la recherche d’un moyen de regagner la Grande-Bretagne, selon l’Agence grecque ANA. Quelque 22.000 clients de Thomas Cook sont également coincés sur l’île de Crète, dont 15.000 Britanniques, selon la même source.

Les voyageurs lésés seront-ils remboursés ?

Oui mais à certaines conditions. Les voyages organisés – un voyage tout compris avec vols et hôtels – sont bénéficiaires de la garantie ATOL (Air Travel Trust Fund) en vigueur depuis 1973, qui découle d’une directive européenne. Ce système, géré par la CAA, s’applique donc aux membres de l’Union européenne comme l’Allemagne et la France, qui devraient bénéficier de fonds de garantie locaux.

Ainsi, les touristes déjà en vacances pourront finir leur séjour puis rentrer normalement, affectés sur d’autres compagnies, et recouvrer les frais encourus sur place si leur retour est retardé. Ceux ayant acheté un séjour qu’ils n’ont pas encore utilisé auront droit à un remboursement complet ou à une autre offre de vacances. L’Autorité britannique de l’aviation civile a aussi indiqué que « vu l’ampleur de la situation, quelques perturbations sont inévitables » mais elle assure qu’elle fera « de son possible pour ramener les gens chez eux aussi près de la date prévue que possible », que ce soit pour les gens couverts par ATOL ou non.

Dans un communiqué, Thomas Cook France assure à ses clients que les remboursements pourront avoir lieu « si et lorsque Thomas Cook France se placera en cessation de paiements ». Les touristes qui sont passés par des voyagistes partenaires sont invités à se rapprocher de ceux-ci.

En revanche, ATOL ne prend pas en charge des frais annexes sur place par exemple les réservations liées à un mariage ou autre événement. De plus, les voyageurs ayant acheté seulement des billets d’avion auprès de Thomas Cook ne sont pas couverts par ATOL mais peuvent se tourner vers leur fournisseur de carte de crédit ou les assureurs.

Que va-t-il arriver aux filiales et compagnies reliées à Thomas Cook ?

Le groupe Thomas Cook possède 200 hôtels à son nom, spécialisés par styles de publics (familles, bas prix, jeunes branchés, haut de gamme, etc). Il inclut la marque de voyages Jet Tours, ou encore Neckermann en Europe continentale, et une centaine d’avions, à son nom ou sous la marque Condor. Le plus ancien voyagiste du monde emploie 22.000 personnes, dont 9.000 au Royaume-Uni. Après cette déclaration de faillite et la cessation de ses activités, ses agences devraient toutes fermer leurs portes et ses avions demeurer cloués au sol.

Concernant la situation financière de Thomas Cook France, la filiale explique que son avenir « reste conditionné à certains paramètres et différentes mesures conformément à ce que prévoit strictement la loi française dans un tel contexte ». « La situation du Groupe Thomas Cook n’entraîne cependant pas l’insolvabilité immédiate de Thomas Cook France », ajoute-t-elle dans un communiqué.

La compagnie aérienne allemande Condor a annoncé ce lundi matin maintenir ses vols, malgré la faillite de sa maison mère britannique Thomas Cook, et demande un prêt d’urgence au gouvernement allemand. « Condor continue d’opérer en tant que société allemande. Pour éviter un manque de liquidité chez Condor, un prêt relais garanti par l’État a été demandé. Le gouvernement fédéral examine actuellement cette question », a déclaré la compagnie qui dispose d’une flotte d’une quarantaine d’appareils.