Salon de Francfort 2019: La technologie permettra-t-elle d’éviter les accidents de la route ?

AUTO Le Salon de Francfort qui ferme ses portes aujourd’hui en est une nouvelle preuve : la technologique se fait toujours un peu plus présente dans nos voitures, au point d’y occuper désormais une place prépondérante. C’est notamment le cas des nouveaux dispositifs de sécurité dont le but est, à terme, d’éviter les accidents de la route. Un but ambitieux, mais réaliste ?

— 

Volvo travaille d’arrache-pied pour que plus jamais personne ne soit tué à bord de l’un de ses véhicules
Volvo travaille d’arrache-pied pour que plus jamais personne ne soit tué à bord de l’un de ses véhicules — © Volvo

C’est un fait : les voitures actuelles sont bien plus sûres que celles d’il y a 20 ans, elles-mêmes déjà plus sûres que leurs devancières. Il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à jeter un œil aux chiffres de la mortalité routière. Si l’infrastructure et les aménagements routiers ont bien sûr eu un impact positif sur la baisse quasi-constante de tués enregistrée ces 30 dernières années, il serait injuste de nier le rôle prépondérant qu’ont joué les constructeurs et équipementiers automobiles.

Evolution permanente

Avec le développement exponentiel de l’électronique embarquée, les progrès en matière de sécurité active (qui permet d’éviter les accidents) ont connu un véritable coup de fouet cette dernière décennie. Désormais, toute voiture moderne moyennement équipée peut freiner et s’arrêter seule devant un obstacle, détecte la présence de véhicules dans les angles morts des rétroviseurs, et avertit son conducteur s’il s’approche trop près d’une ligne blanche et risque de dévier de sa trajectoire. Les modèles les plus huppés peuvent même garder la trajectoire automatiquement, réguler sa vitesse en fonction du trafic, gérer les arrêts de redémarrages de façon autonome dans les bouchons et se conformer sans intervention du conducteur aux limites de vitesses en vigueur. Et demain, l’automatisation de la conduite sera capable de faire bien plus de choses encore.

Ambition zéro tués

Si ces innovations permettent d’éviter certains drames de la route, est-ce pour autant qu’il n’y aura bientôt plus de tués dans des collisions ? C’est en tout cas l’ambitieux objectif du constructeur Volvo, mais aussi de l’équipementier allemand Continental. Chacune de leur côté, les deux entreprises misent sur la technologie pour y parvenir, et notamment sur la connectivité 5G qui permettra de rendre la conduite plus prédictive grâce à la récolte de données et aux partage de celles-ci.

Et puis bien sûr, il y a la sécurité passive (tout ce qui protège les passagers en cas d’accident) qui progresse également.

Utopie ?

On peut toutefois raisonnablement douter de la concrétisation de cet objectif, puisque par nature un corps en mouvement est susceptible d’entrer en collision avec son environnement. Et il existe un facteur sur lequel les constructeurs n’ont encore aucune emprise : le conducteur ! Hors, dans la majorité des cas, l’accident est dû à une erreur humaine. La voiture autonome pourrait donc résoudre le problème ? Oui, sauf qu’une voiture autonome n’est autre qu’un superordinateur sur roues. Hors vous savez comme moi qu’un ordinateur n’est pas à l’abri d’une défaillance, aussi « super » soit-il. Dès lors… 

Concluons donc en disant que si elle ne permettra jamais d’éradiquer complètement les accidents de la route, ni de supprimer entièrement le risque d’être tué à bord d’une voiture, la technologie permet, et permettra à l’avenir de diminuer la fréquence et collisions et d’en réduire l’impact jusqu’à espérons-le… presque zéro.

Retrouvez notre dossier spécial "Salon de Francfort 2019"