S’il promet des performances alléchantes, le concept S9 de Hongqi est surtout une vitrine technologique, qui ne devrait malheureusement pas se voir traduit en série. Lancer le diaporama
S’il promet des performances alléchantes, le concept S9 de Hongqi est surtout une vitrine technologique, qui ne devrait malheureusement pas se voir traduit en série. — © Hongqi

AUTO

Salon de Francfort 2019: Hongqi S9, la supercar chinoise qui veut se mesurer à Bugatti !

Les constructeurs chinois n’ont plus peur d’imaginer des voitures hors du commun. C’est le cas de la marque Hongqi, propriété du Groupe FAW, qui présente la S9 au Salon de Francfort, une supercar hybride de 1400 ch à la beauté sculpturale capable d’atteindre une vitesse de pointe de 400 km/h !

C’est devenu une tradition, les constructeurs chinois profitent de l’IAA de Francfort pour présenter leurs véhicules en Europe. Dans des shows quelque peu maladroits, oscillant entre culture asiatique et européenne, ces derniers révèlent des modèles ambitieux qui n’ont plus rien à voir avec les productions d’il y a quelques années dont les chances de percer sur le Vieux Continent étaient inexistantes. Il est impressionnant de constater les énormes progrès réalisés par les constructeurs de l’Empire du Milieu en quelques années, preuve de leur extraordinaire capacité d’adaptation. Dans ces halls où la presse chinoise s’est d’ailleurs déplacée en masse pour assister à tous ces lancements de produits, on ne compte plus les innovations technologiques. De nombreux équipementiers ont également fait le déplacement pour montrer leur savoir en matière de motorisations électriques, de production de pièces détachées et de développements d’interfaces électroniques.

 

Voitures du Pouvoir

Parmi ces stands de marques souvent inconnues en Europe, on pouvait faire connaissance avec le constructeur Hongqi, propriété de Groupe FAW, troisième groupe automobile chinois et partenaire local d’Audi et de Volkswagen. L’histoire de cette marque est loin d’être banale : crée en 1958, elle est à l’origine de la première voiture particulière du pays. Hongqi (qui se traduit littéralement en français par « le drapeau rouge ») fabriquait des voitures (dont certaines étaient carrément blindées !) exclusivement destinées à l’usage du Gouvernement et des dignitaires du Parti Communiste et ce, jusqu’en 1981. Synonyme de luxe, la marque renait de ses cendres en 1995 pour construire des voitures sous licence : Audi 100 et Lincoln Town Car. En 2006, sous l’égide de FAW, la marque produit de nouveau ses propres voitures sur base de la Toyota Majesta. Par la suite, la marque commercialise du luxueuses berlines qui connaissent un grand succès dans le pays, notamment grâce au gouvernement chinois qui fait l’acquisition de milliers de véhicules pour ses services.

S’il promet des performances alléchantes, le concept S9 de Hongqi est surtout une vitrine technologique, qui ne devrait malheureusement pas se voir traduit en série.
S’il promet des performances alléchantes, le concept S9 de Hongqi est surtout une vitrine technologique, qui ne devrait malheureusement pas se voir traduit en série. - © Hongqi

Ambitions

Aujourd’hui, Hongqi est plus que jamais synonyme de voitures luxueuses en Chine. La marque envisage de commercialiser 17 nouveaux modèles pour 2025, dont des SUV, des voitures électriques et autonomes. Lors de l’IAA, Hongqi a littéralement créé le buzz avec la S9, supercar capable, sur le papier du moins, d’aller concurrencer la Bugatti Chiron. Pour ce faire, elle dispose d’un V8 hybride développement pas moins de 1400 ch ! Capable d’exploser le 0 à 100 km/h en 1,9 sec., elle peut atteindre les 400 km/h. Probablement pas destinée à la commercialisation, la S9 a au moins permis de faire connaître son constructeur. Bien joué !

Retrouvez notre dossier spécial "Salon de Francfort 2019"